Spread the love
omeky-oswald
Le ministre Oswald Homéky doit maintenant sévir

Alors que la médiation du ministre des Sports, Oswald Homéky, n’a pas encore abouti, AnjorinMoucharafou et ses amis continuent de manœuvrer à leur guise. Ils n’hésitent pas à poser des actes qui frisent la défiance de l’autorité de tutelle. En effet, pour éviter des troubles à l’ordre public et pour ne pas entraver le processus de réconciliation de la famille du football béninois divisée depuis plusieurs mois, le ministre a interdit jusqu’à nouvel ordre, l’organisation d’un championnat par le Comité exécutif contesté présidé par AnjorinMoucharafou. Face à l’intransigeance du jeune ministre, ce camp qui a dû braver une décision de justice pour s’installer, a effectivement interrompu le processus en cours. parce que la majorité des stades appartient à l’Etat (seul Saint-Louis Stadium de Sèmè-Kraké propriété de Magloire Oké, ndlr). Mais ils viennent de ressurgir à travers une correspondance portant le sceau du Groupe d’actions pour le renouveau du football en Afrique (Garf-Afrique), une association portée par Anjorin pour lchanter à la gloire du président de la Caf, Issa Hayatou, à travers la sous-région ouest africaine. Ladite correspondance (voir ci-dessous) signée de Quentin Didavi, demande aux clubs inscrits pour prendre part au championnat suspendu de soumissionner à hauteur de 100.000 francs pour prendre part à un tournoi.

Anjorin et compagnie défient l’Etat !

Dans cette correspondance, il est demandé aux clubs de déposer leur droit de participation au siège de la Ligue professionnelle de football. Anjorin et ses affidés se croient intelligents, mais ils ont tiré à terre ! La supercherie est découverte. Comment une association qui veut organiser un tournoi peut-elle demander aux clubs de s’inscrire à la Ligue professionnelle, une structure détachée de la Fédération béninoise de football (Fbf) ? En réalité, c’est une façon déguisée pour le camp Anjorin d’organiser un championnat dont le gouvernement a expressément interdit la tenue. Ainsi, il défie l’autorité du ministre Homéky et du chef de l’Etat, Patrice Talon.

Homéky doit mettre un terme à la comédie

Le gouvernement à travers le ministre Homéky doit maintenant remonter les bretelles à Anjorin et compagnie. On ne peut éternellement se comporter comme des gens au dessus de la loi dans un Etat de droit. Après avoir fait opposition à une décision de justice, ils ne peuvent être célébrés pour avoir humilié un ministre dans l’exerce de ses fonctions. Ce championnat déguisé doit être interdit, car l’intérêt supérieur de la nation doit prévaloir sur les ambitions personnelles de quelques individus avides de pouvoir.

EAB