Spread the love

barvure-militaire124 anciens appelés au service militaire d’intérêt national reversés pour service rendu à la Nation ne sont pas bien logés au sein des forces armées béninoises. Ils grognent contre ce qu’ils appellent une injustice de la hiérarchie. En effet, c’est à la suite de la grève générale de 2010 qu’ils ont été sollicités en qualité d’agents de santé qualifiés pour palier le déficit de personnel dans les services sanitaires. Au terme de la paralysie, l’Etat a décidé de les reverser. Ceci a été fait par lettre N°219/Mdn/Dc/Sg/Drh/Saac/Sp du 16 mars 2012 et par un avis de mutation en date du 4 octobre 2013. Ledit acte prévoit à leur intention, une formation dans les écoles appropriées. Le relevé du Conseil des ministres en date du 15 octobre 2014 a d’ailleurs inscrit ceci au titre des exploits du gouvernement en matière de recrutement de nouveaux officiers et sous-officiers au profit de l’armée. Mais, depuis le 21 juin 2013, date de leur incorporation, le grand nombre attend toujours d’être formés. Le comble est que ces officiers et sous-officiers demeurent toujours soldats de 2ème classe alors qu’ils servent selon leurs différentes qualifications dans les garnisons et hôpitaux militaires. Pour ces cadres de l’armée, l’autorité a toujours affiché son indifférence face à leurs multiples doléances alors même que le gouvernement a déjà réglé le problème. En effet, à travers la communication numéro 1080/13 en date du 14 janvier 2014, le gouvernement a demandé au Ministère de la défense de prendre les dispositions nécessaires pour le déroulement desdites formations. Il a également demandé au Ministère des finances à mettre en urgence à la disposition du Ministère de la défense, la somme de 351.566.413 représentant l’incidence financière des formations. L’autorité a donc donné le feu vert, mais rien n’est fait depuis plus d’un an. Qui traîne vraiment les choses à ce niveau ?

 AT