Spread the love

procureur Seidou Boni KpegounouLe procureur de la République près le Tribunal d’Abomey-Calavi, Séidou Boni Kpégounou a tenu un point de presse dans l’après-midi du mercredi 26 septembre 2018 au sujet de la lutte contre les formations sanitaires illégales installées sur son territoire. Cette sortie intervient après les nombreuses réformes du gouvernement dans le domaine sanitaire.

391 formations sanitaires privées toutes catégories confondues recensées dans les ressorts de la commune d’Abomey-Calavi et de Sô-Ava, 180 sont autorisées à fonctionner légalement en clientèle privée en République du Bénin. Les autres formations sanitaires sont pratiquement dans l’illégalité. Au total, quatre-vingt-dix-huit centres officient sans autorisation, soixante-cinqpossèdent uniquement une autorisation d’ouverture, quarante-trois justifient seulement d’autorisations d’exercice en clientèle privée. Cinq promoteurs de formations sanitaires ont prouvé que les formalités pour l’obtention des autorisations d’ouverture et d’exercice en clientèle privées sont en cours. Face à ce recensement conjointement réalisé par les agents de la police Républicaine et ceux de la direction départementale de la santé de l’Atlantique, le représentant du Parquet, Séidou Boni Kpégounou,a instruit les unités spécialisées aux fins de réprimer les prometteurs indélicats et poursuivre ceux qui exerceront en marge de la législation et ce, dans le respect des textes de la République. Le procureur de la République près le Tribunal d’Abomey-Calavi a précisé qu’il y a deux procédures engagées contre deux personnes actuellement  poursuivies pour exercice illégal en  médecine et placées sous mandat de dépôt. Par ailleurs, une enquête a été ouverte contre la promotrice d’une clinique sise á Adjagbo dans l’arrondissement de Ouèdo et dans laquelle une parturiente aurait rendu l’âme. Celle-ci en fuite, les recherches sont en cours en vue de son interpellation. Il faut noter que l’objectif que vise le président Patrice Talon en initiant cette réforme est de garantir un accès aux soins de santé de qualité à toutes les populations du Bénin. Dans la mise en œuvre de cette réforme, les autorités départementales ont reçu l’ordre de conduire dans leurs différents départements la lutte contre l’exercice illégal par ces formations sanitaires.

 Jockvien Tchobo

(Coll)

Le feu aux fesses

 L’effort d’assainissement entamé par le Parquet d’Abomey-Calavi donne l’insomnie aux responsables des formations sanitaires illégales. Depuis, lundi, la phase de la répression a démarré et de façon forte. Elle a pris la forme d’ouverture d’enquêtes et d’interpellation tous azimuts de ces responsables indélicats qui ont eu depuis des années le loisir de s’amuser avec la santé des populations. Au cours de son intervention, Séidou Boni Kpégounou a laissé entendre que cette phase de répression prend en compte l’ouverture d’enquêtes contre les promoteurs et la poursuite de ceux qui continuent d’exercer en marge de la législation. Le gouvernement tape fortement dans tous les secteurs où l’incurie et l’impunité se sont érigées en mode de vie.  L’ordre et la discipline, valeurs inévitables pour un développement réussi s’inscrivent progressivement dans le quotidien du grand nombre. Le secteur de la santé s’assainit de l’intérieur au grand bonheur de nombreux compatriotes qui meurent dans l’indifférence des suites de l’incompétence de ces apprentis médecins.

 AT