Spread the love

Tenues-scolairesPlusieurs parents choisissent les écoles privées pour une meilleure qualité dans la formation des apprenants. Bien que les coûts dans ces écoles soient exorbitants, certains parents n’éprouvent pas trop de difficultés dans le paiement de la scolarité de leurs enfants. Par contre d’autres trouvent cela un peu chère mais, ils n’ont pas le choix.

 Les parents d’élèves misent sur une bonne qualité de formation de certaines écoles privées qui, affichent des résultats satisfaisant à la fin de chaque année. Ils sont nombreux à estimer ces montants élevés mais, n’ont pas le choix. Pour ceux-ci : « l’éducation n’a pas de prix et il faut bien investir sur ses enfants afin d’obtenir un meilleur résultat à la fin de chaque année ». Les écoles privées sont privilégiées au détriment des écoles publiques qui ne rassurent pas avec les grèves perpétuelles qui surviennent au cours de l’année scolaire. De plus au niveau des écoles privées les cours sont bien dispensés. Du coup, certains parents se sentent dans l’obligation de faire ce choix même si les frais de scolarité sont élevés. Les fonds payés par les parents ne couvrent pas souvent les charges des écoles privées puisque les meilleures écoles nécessitent des professeurs de qualité et qui parle de la qualité doit faire sortir beaucoup de moyen financier et les outils pour une bonne formation sont aussi nécessaire, nous ont laissé entendre bon nombre des responsables des écoles privées. Selon le président du patronat des écoles privées au Bénin, Darius Ahohouédji, « certains promoteurs prennent en compte des intrants : comme les fournitures scolaire, les renforcements et autres. Ce qui explique le taux élevé de la scolarité au niveau de certaines écoles et si le gouvernement pouvait contribuer un peu dans la prise des charges ça pourrait alléger les coûts » renseigne Darius Ahohouédji. Jean Benoît Alokpon directeur de cabinet du ministre de l’enseignement secondaire explique : «  Le gouvernement béninois n’a pas un taux fixe pour la scolarité mais nous encadrons pour qu’il n’y est pas des exagérations sur les  scolarités. Beaucoup sont ces promoteurs qui profitent du prolongement de l’année scolaire pour inventer des faux frais surtout l’année dernière. Le gouvernement s’est dépêché pour mieux régler la situation dans écoles concernées». En dépit de tout, le suivi des écoles doit être une préoccupation majeure pour le gouvernement et dans le public et dans le privé.

Hanif Sagbohan(Stag)