Spread the love
Sacs-pangolins
Les sacs d’écailles de pangolins arrêtés

3 présumés trafiquants dont un Chinois sont tombés dans les mailles de la Police républicaine depuis le 19 mars 2018. Ils ont été arrêtés au fret de l’aéroport Bernardin cardinal Gantin de Cotonou avec 513 Kg d’écailles de pangolins, une espèce intégralement protégée.  

23 sacs d’écailles de pangolins, soit 513 kg, c’est la moisson récoltée le lundi 19 mars 2018 au fret de l’aéroport de Cotonou. Ces sacs appartiennent à 3 présumés trafiquants dont un Chinois. Le coup de la cargaison en partance pour le Vietnam est de l’ordre de 500 millions de FCfa. Les 513 kg d’écailles sont estimés à plus de 2 000 pangolins massacrés dans la sous-région. Sachant que le pangolin est une espèce intégralement protégée par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin, ces présumés trafiquants ont été  présentés au Procureur de République le mercredi 21 mars 2018. Mais contre toute attente, ils ont été mis sous convocation après payement de cautions. Sachant que le gouvernement opte pour la « tolérance zéro » contre les crimes environnementaux au Bénin, il est souhaitable que ces criminels fauniques soient punis conformément à la loi. Le ministre du Cadre de vie et du développement durable doit donc suivre rigoureusement ce dossier pour la préservation du patrimoine faunique béninois et sous-régional. Pour rappel, cette arrestation a été faite par la Cellule aéroportuaire anti trafic (Caat). Deux ans en arrière (mai 2016), trois trafiquants ont été arrêtés à Cotonou avec 70 kg d’écailles de Pangolins géants. Le Tribunal de 1ère instance de Cotonou a condamné l’auteur principal de nationalité guinéenne à 12 mois d’emprisonnement ferme. Comme ce trafiquant, les activistes souhaitent que les présumés trafiquants arrêtés avec les 513 kg d’écailles de pangolins soient aussi traités comme le Guinéen. Le Bénin en sortirait honoré et les ressources naturelles participeraient au développement durable de l’Afrique.

SA