Spread the love

gabin-allognonL’émission « Cartes sur table » de la radio Océan Fm a reçu ce dimanche 30 septembre 2018, Gabin Allognon. Acteur politique et coordonnateur de l’Alliance Soleil aux dernières élections législatives dans la 9e circonscription électorale. Il a opiné sur la création des deux blocs de la mouvance pour les prochaines élections.

« Je trouve que c’est une dynamique qui assainit le monde politique et qui encourage désormais le militantisme pour qu’il n’y ait plus de parvenu au sommet de l’Etat ». C’est en ces termes que s’est exprimé Gabin Allognon en ce qui concerne la création des deux blocs de la mouvance pour accompagner le président Patrice Talon pour les prochaines élections. Il s’agit du Bloc progressiste et celui de la dynamique unitaire. A l’en croire, la démarche est à saluer et c’est à l’actif des députés. « Nous avons l’assurance que dans les jours à venir, c’est un militant qui a un parcours politique qui sera hissé au sommet de l’Etat pour remplacer le président Patrice Talon. En ce qui concerne les autres réglages, pour une bonne machine politique que ce soit de l’opposition que de la mouvance, je crois que chaque camp s’attèle et le moment venu de bon jeu sera observé », a-t-il déclaré. L’adoption du nouveau code électoral au Parlement était également au cœur des échanges. Sur la question, l’invité de Hospice Houénou de Dravo a affirmé que c’est un code d’obligations, qui vient mettre fin aux petits partis politiques. « Il faut saluer la démarche. Qu’allons-nous faire avec 200 partis politiques. Je crois qu’il faut accepter ce qui est fait. C’est un code d’obligations à l’action politique. C’est un code qui oblige les gens à se mettre ensemble, au couplage dans l’action politique. Il faut saluer la démarche », a-t-il laissé entendre. Il estime que s’il faut mettre la barre à 1 milliard pour nous obliger à finir avec les petits partis, il faudra le faire. Sur les critiques venant de l’opposition qui trouve que ce code est discriminatoire, il a répondu par la négation. Selon lui, le nouveau code arrange en première position les forces cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe). Ce sont eux qui se sont déjà constitué en parti politique. « La mouvance se cherche encore », a-t-il ajouté.

Le débat qui fait rage au sein du Bloc de la dynamique unitaire où, le Prd voudrait voir son « logo » transparaitre n’a pas été occulté. L’invité estime que c’est légitime. Selon ses propos, le Prd cherche sa visibilité et en tant que parti traditionaliste depuis la conférence des forces vives de février 1990, il ne peut pas accepter se faire absorber. « En Afrique et singulièrement au Bénin, il y a deux choses que les militants observent. Ils observent ce que je qualifierais d’insigne. Ensuite il se réfugie derrière un homme. Les partisans du Prd votent pour la personne de Houngbédji. En l’absence de ce logo, ils ne pourraient peut-être pas se retrouver. C’est pourquoi le parti se bat pour que s’il est de la dynamique unitaire, que ces militants y souscrivent réellement » a-t-il expliqué.  Il a pour finir, invité la jeunesse à faire confiance au président Patrice Talon qui est véritablement engagé à faire évoluer le Bénin.

Léonce Adjévi