Spread the love
jacques-migan
Jacques Migan, un des avocats de Sébastien Ajavon

Dès l’arrestation de l’opérateur économique Sébastien Germain Ajavon, ses avocats se sont fait entendre. Isolés ou en collectif, ils parlent le même langage. Ils dénoncent la procédure d’arrestation de leur client.
« Je peux vous dire que nous sommes dans une zone de non droit au regard des règles du code de procédure pénale. Les règles prescrivent que dès la première heure de privation de liberté, le mis en cause sache ce qui lui est reproché et soit dans ses droits pour se défendre », a martelé son avocat Me Alain Orounla dans sa déclaration sur les ondes le jour même de l’arrestation de son client Sébastien Ajavon. Lors d’une conférence de presse tenue le lendemain, samedi 29 octobre, le collectif des avocats de l’homme d’affaires a confirmé et renchéri ces propos. Ils ont qualifié la garde à vue de leur client d’arbitraire et ont fustigé le fait qu’aucune notification ne lui ait été faite avant sa détention à la brigade territoriale de Gbéto. Selon les avocats de la défense, l’homme d’affaires Sébastien Germain Ajavon est privé de sa liberté d’aller et de venir de façon illégale. Ce qui constitue, selon eux, une violation des droits de l’homme garantis par la Constitution et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

A.P.A