Spread the love

Gaspard AdjamonsiLa Commission électorale nationale autonome (Cea-Haac) chargée d’organiser l’élection des représentants des professionnels des médias dans la prochaine mandature de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), installée depuis bientôt trois semaines, travaille sans relâche  afin qu’au soir du 1er juin, elle puisse se féliciter d’avoir  accompli convenablement sa mission. Selon son président Max Gaspard Adjamossi, presque tous les travaux préparatoires sont bouclés et la Cea-Haac n’attend maintenant que les moyens pour se déployer sur le terrain.

Monsieur Gaspard Adjamossi, qu’avez-vous fait au niveau de la Cea-Haac depuis votre installation par l’Assemblée spéciale ?

 La Cea-Haac, en tant que structure technique d’organisation de l’élection des prochains représentants des professionnels des médias à la Haac, s’est immédiatement mise à la tâche. Nous avons essayé de nous installer de façon adéquate afin de travailler dans les meilleures conditions possibles. Nous y sommes d’ailleurs encore. Nous avons, en tout cas déjà, travaillé à poser les balises d’une très bonne organisation du scrutin le 1er juin puisque j’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que le corps électoral a été convoqué  pour cette date par l’Assemblée spéciale, conformément au code électoral. Le calendrier électoral, comme vous le constatez, est déjà disponible et les différentes actions urgentes et nécessaires pour la tenue du scrutin sont bien programmées. Nous n’attendons que les moyens pour véritablement mettre en branle la machine. Mais sachez que conformément au calendrier électoral, le dépôt des dossiers de candidature démarre la semaine prochaine (la semaine du 22 avril).

 Quelles est l’ambiance qui prévaut au niveau de la Cea-Haac lors de vos travaux ?

Vous savez bien que les treize membres de la commission sont des personnes responsables et sont d’une certaine hauteur d’esprit. Conscients tous donc de l’enjeu que constitue l’organisation de ces élections et au vue des expériences et du vécu de chacun, je puis vous affirmer que nous travaillons tous en bonne intelligence. L’objectif unique et commun est l’organisation d’une élection la plus transparente possible. C’est vrai que parfois les débats en plénière sont  houleux voire virils, mais j’estime que c’est pour la bonne cause, car nous finissons toujours par trouver la bonne formule qui permet d’aller de l’avant.

 Monsieur le président de la Cea-Haac 2019 ! Avez-vous un mot à l’endroit de tous les professionnels des médias qui attendent ces échéances avec impatience ?

Je voudrais d’abord vous remercier de nous avoir offert cette opportunité de faire savoir ce qui se fait à la Commission électorale  autonome (Cea-Haac). Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir et nous travaillons méthodiquement pour un scrutin transparent. Nous rassurons les uns et les autres de ce que la mission à nous assignée par l’ensemble de la presse sera accomplie sans parti pris ni esprit partisan. Il ne saura d’ailleurs en être autrement, car toutes nos actions s’inscrivent dans le strict respect des prescriptions du code électoral. Les professionnels des médias doivent rester mobilisés et soutenir les actions de la commission qui œuvre inlassablement depuis son installation à leur offrir les conditions d’un choix transparent et limpide de leurs représentants à la prochaine Haac. Enfin, au nom de la Cea-Haac, j’invite instamment les structures qui sont censées de mettre diligemment les moyens nécessaires à la disposition de la commission à faire.

 Propos recueillis par Abdourhamane Touré