Spread the love
GENEVIEVE-NADJO
Geneviève Boko Nadjo

Les citoyens qui atteindront l’âge de 18 ans, le 28 juin, et les autres électeurs n’ayant pas obtenu leurs cartes d’électeur doivent prendre leur mal en patience. Ils ne pourront pas voter pour les prochaines municipales, communales et locales. La Vice-présidente de la Commission électorale nationale autonome (Céna) l’a expliqué hier dans une interview exclusive accordée au groupe de presse « Le Matinal ». Geneviève Boko Nadjo a profité pour se prononcer sur l’organisation pratique du scrutin.

Qu’en est-il de la distribution des cartes d’électeur ? On est à quelques jours des élections communales.

Nous ne sommes pas dans une situation tout à fait normale telle que prévue par le Code électoral. Le code électoral dispose que les cartes d’électeur sont distribuées par le Cnt (Centre national de traitement) au début de chaque année civile. Or, il se fait que, concernant ces élections, il y a eu beaucoup de difficultés, beaucoup de retards, par rapport à la distribution des cartes d’électeur. Il se fait que, le Cnt nous a restitué, tel que le prescrit la loi, le reliquat des cartes d’électeurs le samedi dernier, c’est-à-dire le 20 juin. Je n’apprends rien à personne que les élections auront lieu le 28. Or, la loi dit que la Céna distribue le reliquat des cartes d’électeur sur une période de 8 jours après la distribution qui a été régulièrement faite par le Cnt. Je pense que, eu égard à ce que je viens de dire, vous deviez nécessairement tirer la conclusion qu’à 8 jours des élections, si le Cnt nous dépose le reliquat des cartes d’électeur, nous ne sommes pas matériellement en mesure de faire cette distribution complémentaire qui nécessite des moyens conséquents, qui nécessite un personnel adapté et qui nécessite également du temps. Un temps qu’on ne peut pas trouver dans ce délai de 8 jours pour pouvoir distribuer les cartes d’électeur qui nous sont tombés sur les bras après que le Cnt nous ait déposé le reliquat desdites cartes. Ce qui revient à dire que, nous sommes tout aussi désolés que tout ce monde-là qui s’élève à moins de 100.000 personnes qui sont en réalité les nouveaux majeurs, c’est-à-dire ceux qui auront 18 ans le 28 juin et qui sont appelés à voter. En plus de ces nouveaux, il y a ceux qui n’avaient pas pu retirer leurs cartes à l’occasion de la distribution faite par le Cnt et ceux qui ont fait des réclamations de transfert et autres. En conclusion, le délai qui nous est imparti actuellement pour distribuer le reliquat des cartes d’électeur est littéralement insuffisant pour qu’on puisse nous aventurer dans cette distribution, sans que cela ne perturbe le cours normal de l’organisation desdites élections.

 Donc, il n’y aura pas de distribution ?

Il n’y aura pas de distribution. Nous avons décidé au niveau de la Céna de ne pas distribuer, mais comme je vous l’ai dit, c’est à notre corps défendant. S’il y a distribution complémentaire, ce n’est pas à 8 jours des élections. Je le répète. Le Cnt nous a remis le reliquat des cartes à 8 jours des élections. Ce n’est pas possible de le faire. Dès que nous aurons fini ces élections, nous allons nous organiser pour procéder à la distribution complémentaire des cartes que nous aurons en notre possession. Ils pourront aller aux élections présidentielles sans aucune difficulté.

 Les cartes distribuées par le Cnt l’ont été à quelle occasion ?

C’est à l’occasion des élections législatives qu’il y a eu distribution des cartes d’électeur. Vous vous rappelez qu’il a fallu que la Cour constitutionnelle, ordonne impérativement le Cnt de procéder à la distribution des cartes. En principe, cela ne devrait pas se passer comme cela. La distribution des cartes devrait se faire bien avant en début d’année telle que la loi le prescrit. Si cela s’était produit dans les règles de l’art, si on avait eu le reliquat de ces cartes bien avant les élections communales municipales et locales, on aurait pu procéder à la distribution, mais ce n’est pas à 8 jours de ces échéances électorales qu’on va me demander de distribuer les cartes. Ce n’est pas possible tout simplement.

Où en êtes-vous par rapport aux préparatifs ?

La distribution des cartes d’électeurs est une question véritablement secondaire en ce qui concerne la Céna. Ce n’est pas de la compétence de la Céna de distribuer les cartes d’électeurs, mais de distribuer le reliquat des cartes d’électeur qui auraient pu être distribuées dans les normes prescrites par la loi. Etant donné que le reliquat ne nous a pas été remis dans les conditions requises par la loi, nous ne sommes pas en mesure de faire cette distribution complémentaire. Concernant l’organisation à proprement parler des élections, nous sommes en train de prendre les dispositions pratiques et utiles pour que, le 28, tout le monde puisse aller aux urnes sans coup férir. Pour ce faire, depuis hier, a débuté, sur toute l’étendue du territoire nationale, la formation des agents électoraux. Je l’ai dit à l’occasion des législatives. Cela a toujours été le talon d’Achille dans l’organisation des élections, parce que des agents électoraux qui ne sont pas bien formés ne peuvent pas bien organiser les élections. Nous avons essayé, cette fois-ci, de pallier, un tant soit peu, les différentes lacunes que nous avons eues à constater au niveau des élections législatives. Encore une fois, on espère que cette fois-ci, cela se passera mieux que par le passé. Mais, il s’agit des hommes qui doivent faire un travail donné. Il est vrai, pour le professionnalisme, il y a d’autres considérations qui entrent en ligne de compte. Concernant le déploiement du matériel électoral, nous avons déjà sur le terrain quelques urnes. Sur toute l’étendue du territoire national, nous avions déjà déployé, à l’occasion des élections législatives, les isoloirs. Hier, les urnes complémentaires ont été déployées. A l’heure où je suis en train de parler, les urnes ont été déposées dans le dernier village du Bénin. Si vous allez actuellement au stade de l’Amitié de Kouhounou, vous allez constater qu’on est en train de procéder au colisage de petits matériels, des matériels non sensibles, c’est-à-dire la colle, les encres, les encreurs, les tampons à voter, les paires de ciseaux, le coton, les dissolvants, tout cela est mis en petits paquets, ce que nous appelons le colisage. Dès demain ou jeudi au plus tard, ensemble avec le matériel sensible, on va procéder au déploiement de tout cela sur le terrain. Voilà pour le déploiement du matériel.

 Le financement suit ?

Concernant le financement, nous n’avons pas de difficultés à proprement parler. Nous sommes en phase avec le gouvernement et nous avons introduit une demande complémentaire de financement à l’occasion de ces élections. Nous avons confiance que cette demande sera prise en compte par le gouvernement.

 Combien ?

Il va falloir poser la question au commissaire chargé du budget. Je n’ai pas le montant exact en tête.

 En clair, la liste électorale n’a pas connu de modification.

La liste électorale a connu une modification. Elle a été augmentée des mineurs qui, le 28 juin, seront en âge de voter. Malheureusement, ils ne pourront pas avoir leurs cartes pour les raisons que j’ai énoncées tantôt.

 Le Cnt n’était-il donc pas sensé faire une nouvelle distribution des cartes imprimées ?

Pas à la veille des élections ! C’est un peu pour éviter ce qui s’est passé à l’occasion des législatives. Nous avons assisté par exemple à une distribution, même le jour des élections. Nous avons pris nos dispositions, cette fois-ci, pour éviter tout ce que cela peut entraîner comme suspicion, comme dérapage. C’est dans cet esprit d’éviter des difficultés que nous avons pris sur nous, la décision de récupérer les cartes d’électeur, de les garder avec nous, quitte à les distribuer dès que nous serons sortis du tourbillon des élections.

 Combien d’électeurs sont appelés à voter dimanche ?

Actuellement nous avons 4.573.152 électeurs.

 Propos recueillis par Rachida Houssou