Spread the love
djima-idrissou
Le Dg/Libercom Idrissou Djima au coeur des scandales

Il y a quelques jours, nous dénoncions des faits d’atteinte aux bonnes mœurs  et de malversations enregistrés au cours de ces derniers mois à Libercom Sa, une entreprise publique en passe d’être privatisée. Mais c’était sans compter avec le manque de retenue qui caractérise les dirigeants de cette maison. Les dernières nouvelles montrent que les mis en cause ne veulent reculer devant rien.

Si notre incursion dans cette boîte était motivée par la circulation d’images obscènes impliquant les responsables au plus haut niveau, aujourd’hui ce que nous y découvrons mérite qu’on s’y attarde. À l’origine de notre enquête, il y avait un élément du personnel féminin de Libercom S.a qui se plaignait d’avoir été abusé et berné au bout de quelques mois de promesses non tenues. Ainsi, elle n’avait pas hésité à partager avec ceux qu’elle estime pouvoir l’aider des vidéos obscènes mettant tristement en scène des personnalités de premiers plans à la tête de ce qui aurait pu être une grande entreprise publique dans le secteur des télécommunications. Aujourd’hui, plusieurs langues sont déliées au sein de l’entreprise et des informations documentées dignes d’un rocambolesque scandale de fin de règne nous sont rapportées quotidiennement.

Une gestion scabreuse

Pendant que nous enquêtions au sein de l’administration et au niveau des installations de Libercom S.a, des malversations de fin de règne, généralement initiées pour plâtrer les fractures de gestion, allaient bon train.  À titre d’exemple, de sources concordantes au sein de l’entreprise rapportent qu’il y a quelques jours, un homme respectable a priori, ayant travaillé précédemment dans la boîte et ayant été admis à la retraite, est au cœur d’une manœuvre de colmatage de dégâts de gestion. En effet, celui-ci a été sollicité pour recourir à toutes ses ressources intellectuelles afin d’aider la direction générale à trouver des justificatifs aux nombreuses ressources distraites afin d’assurer l’effort de guerre de l’entreprise publique à la campagne électorale dernière. Dans ce cadre, selon d’autres sources, pour y arriver en ce qui concerne les dotations en carburant, l’expert a eu une trouvaille géniale. En tant que client de Libercom S.a disposant d’une carte Sim, nous savons que souvent en cas de délestage au niveau des sites abritant les antennes relai, dans nos zones nos appareils sont généralement hors réseau. Mais contrairement à cette réalité, le spécialiste de manipulation de chiffres a eu la géniale idée de répandre cette charge de dotation en carburant sur les budgets des sites relai qui auraient bénéficié d’alimentation en énergie au moyen de groupe électrogène ayant consommé lesdites dotations en carburant. Au finish, nous apprenons que cet expert, pour bons et loyaux services rendus, serait envoyé en mission avec le directeur général pour quelques jours dans une capitale africaine.
Comme nous l’évoquions dans une précédente publication, le cas Libercom S.a est aujourd’hui la face cachée de l’iceberg dans l’océan dans lequel le régime de Patrice Talon a désormais la charge de conduire le navire Bénin au cours de ces cinq prochaines années. Peut-être qu’à Libercom S.a ce qui se passe est de loin minime comparé aux dérives qui marquent la gestion d’autres entreprises publiques pendant les dix dernières années. Nous  vous promettons d’y revenir dans les tout prochains jours pour la gouverne du régime du ‘’Nouveau départ’’.

Abdourhamane Touré.