Spread the love

Atelier FoncierLa Commune d’Allada abrite depuis le jeudi 23 aout 2018 un atelier de formation et d’échanges sur la sécurisation des immeubles conformément à la loi portant code foncier domanial en vigueur au Bénin. Organisé par le Médiateur de la République, il vise à renforcer la des acteurs intervenant dans le secteur.

Le Médiateur de la République reçoit assez de plaintes par rapport aux dysfonctionnements dans la gestion du foncier. C’est fort de ce constat qu’il a décidé d’organiser, un atelier de formation sur le thème « Sécurisation des immeubles conformément à la loi portant code foncier domanial en vigueur au Bénin ». Avec le concours du Projet d’appui à l’amélioration de l’accès à la justice et de la reddition des comptes (Paaajrc), magistrats, responsables des affaires domaniales dans les mairies du département de l’Atlantique, forces de sécurité publique et autres acteurs du foncier s’approprieront pendant trois jours les 539 articles du code sur le foncier afin d’être davantage aguerris face aux difficultés dans le domaine. A la cérémonie d’ouverture, Michel Accléhinto, maire de la Commune d’Allada, a remercié les organisateurs pour le choix porté sur sa commune pour abriter la présente formation. Il a souhaité qu’une réflexion plus accrue soit menée sur les transactions immobilières qui constituent le début des problèmes fonciers que l’on rencontre dans les Communes. A sa suite, Jean-Claude Codjia, préfet du département de l’Atlantique, a affirmé que la pertinence de l’organisation d’un tel atelier n’est plus à démontrer. A l’en croire, la responsabilité des problèmes domaniaux est partagée entre les cadres de l’Etat, les géomètres, les élus locaux, les chefs services des affaires domaniales et les présidents des tribunaux. C’est pourquoi il a invité les participants à l’assiduité afin de bénéficier des enseignements des différents experts qui animeront ces échanges. Flavien Akoété Sossou, directeur national du projet d’appui à l’amélioration de l’accès à la justice et de la reddition des comptes (Paaajrc) a quant à lui, remercié le ministre de la Justice pour l’accompagnement permanent dont bénéficie le projet qu’il dirige. Selon lui, le présent atelier vise à réfléchir sur les nombreux problèmes qui se posent au foncier. « Il vise aussi à réduire les nombreuses plaintes adressées au médiateur de la République », a-t-il ajouté. L’honneur est revenu à Joseph Gnonlonfoun, Médiateur de la République de lancer officiellement les travaux de cet atelier. Dans son adresse, il a relevé le caractère paradoxal de certains actes qui se pose dans le domaine du foncier. On peut citer le morcellement anarchique des domaines de l’Etat, de plusieurs documents pour la même parcelle, la vente de la même parcelle à plusieurs individus.

 Armel Nelson Avadémey