Spread the love
Talon 2
Le chef de l’Etat déterminé à réussir ses réformes

Avec l’avènement de 2018, soit pratiquement deux années avec le gouvernement Talon, il ne serait pas vain de jeter un regard rétrospectif sur l’année politique écoulée. 2017 a connu plusieurs faits politiques qui ont redessiné l’action de Talon.
« La mise en place préalable et déterminante des bases solides pour un développement économique et social durable ne doit pas céder à l’urgence des attentes. Cette urgence qui conduit souvent à la précipitation dans la prise des décisions et à de mauvais choix.Nous devons poser patiemment et méthodiquement les jalons d’une économie moderne et compétitive, d’une politique sociale structurelle qui assure à chacun de nos compatriotes un filet de sécurité efficace, quels que soient les moments et les événements», a déclaré Patrice Talon, face aux députés il y a quelques semaines. Mais, au-delà de ce  discours sur l’Etat de la Nation qui a tenu le Parlement en haleine le 22 décembre 2017, et démontré  toute l’envergure du charisme de Patrice Talon, en dehors  des succès diplomatiques incontestables qu’ont été les visites de Michaëlle Jean et Christine Lagarde, deux faits politiques majeurs ont marqué l’année 2017 :l’échec du projet de révision de la Constitution, et le remaniement ministériel. Ces deux faits ont laissé entrevoir la marque que le chef de l’Etat veut  imprimer à sa gouvernance.  Joseph Djogbénou, ministre de la Justice, déclarait, avec confiance,  à la presse avant le vote, que « le mois de mars de 2017 sera le mois de la révision ».  L’échec du projet de révision constitue de ce fait, un « acte manqué » majeur. Dans plusieurs entretiens après le vote de rejet émis par les députés de la 7ème législature, le président de la République a montré plusieurs fois sa déception, et une certaine amertume. Apparemment, il aurait voulu  que la classe politique lui fasse confiance, et lui donne un blanc-seing pour aller plus  vite. Mais cela n’a pas fonctionné. Certaines dispositions du nouveau texte ont suscité plus de peur que de mal. On a suspecté la rupture de vouloir caporaliser l’Etat. Cet échec a provoqué une onde de chocs, et un effet boomerang. Patrice Talon a décidé de faire la politique. C’est ce que les observateurs appellent « réalpolitique ». Les conséquences directes et lointaines amèneront à une quasi-recomposition de la configuration du Parlement. Avec la naissance du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp),  le chef de l’Exécutif réussira une prouesse, pas des moindres. Il a retenu une leçon de son premier échec retentissant : rallier à son action le plus grand nombre de députés. Ce qui désormais est un fait et lui permet d’agir.

L’activisme éteint d’une opposition plutôt factice

Entre-temps, l’un des ouvriers « politiques » de sa victoire à la présidentielle en 2015, quittera sa barque. Le truculent homme politique, Candide Azainnai, va, arguant de désaccords sérieux avec la méthode Talon et les hommes autour de lui, rejoindre une opposition tacite. L’homme va d’abord, dans un premier temps,  se murer dans le silence indéchiffrable. Ce n’est qu’au congrès de son parti Restaurer l’espoir qu’il lèvera le voile sur ses réelles motivations et intentions. Il s’affiche désormais avec ceux qui se réclament de l’opposition à Patrice Talon. Nécessairement,  il était à craindre que l’ex-député et ministre ne mette sa verve et sa critique au service d’une opposition visiblement sonnée, et apathique. Mais, jusque ’là sa fougue  et son activisme ont été bien gardés à l’œil. Mais, le  danger de reconstitution d’une ligne de démarquage par rapport à l’action du gouvernement n’est pas encore irrémédiablement éloigné. Selon les observateurs, l’axe Ajavon-Azannai se renforcerait au détriment de Patrice Talon et sa garde politique rapprochée. Le président du patronat est fortuné et populaire. Et malgré son échec à la présidentielle, et ses  redressements fiscaux, l’homme ne se refuserait pas encore à s’éloigner du bouillant monde politique.  Par ailleurs, la perspective des législatives de 2019 devrait aider à renforcer cet axe. Du moins, si les partisans des deux camps n’arrivent pas à leur faire renoncer leur ire, pour une paix des braves.

« L’action rigoureuse au lieu du populisme facile »

Ce qui est sûr, avec la recomposition de l’équipe gouvernementale, Patrice Talon a démontré une meilleure maîtrise de la classe politique. Il a su instiller une dose de réalisme et de jeunesse dans le gouvernement. « Je connais notre pays. Je connais ses forces et ses faiblesses. Je connais aussi les attentes des populations. Ce sont elles qui nous commandent d’agir comme nous le faisons depuis bientôt deux ans, en dépit des multiples difficultés. Mais prétexter de ces difficultés pour ne rien changer serait comme organiser un suicide collectif. C’est pourquoi, en briguant la fonction suprême, j’avais déjà fait le choix de l’action rigoureuse au lieu du populisme facile, aux retombées politiques pourtant si souvent immédiates,  » disait-il face aux députés. Mais, ce n’est pas de ce côté-là qu’il y a eu les secousses les plus violentes. Car, le chef de l’Etat était décidé à lutter contre la pègre. Il veut, apparemment, nettoyer l’écurie. La Mairie de Cotonou a été le premier terrain d’expérimentation de cette bataille. Après, il y a eu l’épisode Atao Hinnouho. Les sociétés d’Etat ont aussi fait l’objet d’examens. La Sonapra, la Cnss, la Soneb, la Douane et d’autres régies financières ont été sur la sellette.Seule l’opération de déguerpissement entreprise et menée par le Préfet Modeste Toboula a été un demi-succès. C’est surtout la communication sur l’opération qui n’a pas réussi à convaincre les compatriotes. Sinon, personne n’a contesté la nécessité de l’opération.

W.N