Spread the love

Nazaire-HounnonkpeLe Directeur général de la police républicaine (Dgpr), l’inspecteur Général de police Nazaire Hounnonkpè était hier, mercredi 24 avril 2019, l’hôte de la cité des Kobourou. Au cours de sa rencontre avec les chefs d’unité des quatre départements du Nord-Bénin, tenue à la Direction départementale de la police républicaine (Ddpr) du Borgou, il a dopé le moral de sa troupe en  rappelant aux éléments  le rôle qui est le leur pour un scrutin apaisé.

La sécurité intérieure du Bénin en  cette période électorale est l’une des préoccupations majeures du Directeur général de la police républicaine (Dgpr), l’Inspecteur Général de Police Nazaire Hounnonkpè. A ce titre, il est allé à la rencontre, des commissaires et  Directeurs départementaux de la police républicaine en poste dans le  Borgou, l’Alibori,  la Donga et l’Atacora.  L’objectif est d’échanger avec eux en vue d’assurer au mieux la sécurité des personnes et des biens, surtout lors du scrutin du démanche prochain. « La tâche n’était pas facile. Mais compte tenu de la situation politique  actuelle de notre pays, elle s’est compliquée », a souligné le Dgpr. Cependant, il compte relever, en complicité avec sa troupe,  le défi sécuritaire dans la légalité sans partie pris. A cette occasion, il leur a d’abord rafraichir la mémoire par un rappel des prérogatives dévolues à la Police républicaine. Selon lui, elle a pour rôle d’assurer la sécurité intérieure du pays, de surveiller tout ce qui est de nature à troubler l’ordre public. Elle doit développer l’esprit d’anticipation. Pour être  plus explicite, il a utilisé l’allégorie du tissu blanc. D’après ses explications, ce tissu blanc représente la mission sécuritaire qui a été confiée à la police en lui demandant de veiller à ce qu’il ne soit pas entaché. La réussite de cette mission passe inéluctablement par la sensibilisation et  une veille permanente. Le contraire, a-t-il précisé, est  perçu comme une confusion de rôle entre la police et la justice. Dans le but donc d’éviter cet amalgame notoire, le Dgpr a partagé à avec ses flics la substance de l’article4 du décret instituant la police républicaine et les dispositions 237, 238 et 240 du code pénal. Suite à un commentaire éclairé des ces articles étayé d’exemples, Nazaire Hounnonkpè a demandé à ses hommes d’éviter d’être frileux. « On a le dispositif juridique nécessaire pour nous affirmer», a-t-il laissé entendre. Alors, il a recommandé  ses éléments de poursuivre la sensibilisation, de répercuter l’information sur leurs collaborateurs,  d’activer les réseaux de renseignements et d’occuper le terrain. « On doit être de plus en plus présent sur le terrain, surtout les lieux susceptibles d’être le réceptacle d’actes de vandalisme et non au bureau », a-t-il insisté.

Zéphirin Toasségnitché

(Br : Borgou-Alibori