Spread the love
gladys-houédanou
Gladys Houédanou valorise la femme africaine

L’agence d’événementiel « Elegancia » organise un défilé de mode dénommé « Valeur féminine » prévu pour vendredi 21 août 2015 à Magic Land à Cotonou. A quelques heures de cet évènement, la promotrice Gladys Houédanou explique, à travers cet entretien, les raisons qui l’ont motivée à s’investir dans la création des modèles pour femme.

Le Matinal : Vous organisez un défilé de mode prévu pour le vendredi 21 août 2015. Pourquoi l’avoir dénommé « Valeur féminine » ?

Gladys : Toutes les activités de l’agence « Elegancia » dont je suis la promotrice prennent surtout en compte l’image  de la femme. Nous avons voulu honorer nos mamans et  nos sœurs en leur proposant de nouvelles créations. Nous voulons montrer à chaque femme, qu’elle peut rester belle quoi qu’en soit sa taille et sa forme.

Qu’allez-vous proposer de particulier au cours de cette soirée ?

Il faut préciser que l’ambassadrice 2015 de Vlisco, Madame Chantal Tchiakpè a bien voulu être la marraine de cet évènement. Nous avons donc tout prévu pour faire passer une belle soirée à ceux qui viendront nous soutenir. Il y aura naturellement un défilé de mode. Les mannequins professionnels de l’agence vont présenter des créations aussi originales les unes que les autres. Ce sont des modèles qui ont été conçus compte tenu des nouvelles tendances dans le domaine de la mode. Mais ce sont des tenues qui sont pour la plupart, traditionnelles. Nous voulons une fois encore, prouver à la femme africaine qu’elle est belle, quand elle s’habille en pagne. Des artistes ont été sollicités pour des prestations. Et à la fin, nous allons partager un cocktail avec nos hôtes.

Quels sont les stylistes qui ont travaillé sur ce défilé ?

Nous avons travaillé avec trois stylistes professionnels. Ralf Invention, Vate création  et 1LMode. Ils ont créé des modèles impressionnants. Les amoureux de la mode auront l’occasion de découvrir le travail qu’ils ont abattu. Ces modèles qui seront présentés valorisent la femme. Ça devrait nous amener à nous intéresser plus à notre tradition en nous habillant en tant qu’africaine.

Propos recueillis par  Valentine Bonou Awassi