Spread the love
MoIbrahim
Le Bénin récompensé par la fondation Mo Ibrahim

La fondation Mo Ibrahim a rendu public son classement 2018 des pays africains en matière de gouvernance. Sur les 54 pays du continent, le Bénin se classe au 13ème rang sur les 54 pays africains.

Contrairement aux commentaires de la classe politique dite de l’opposition, la gouvernance Talon séduit de plus en plus au plan international. A la suite de la reconnaissance de la gouvernance actuelle par le groupe Egmont au dernier sommet de Sydney et la prime à la politique de l’assainissement des finances publiques par les institutions financières internationales, la fondation Mo Ibrahim vient de reconnaître les efforts du gouvernement Talon en matière de bonne gouvernance. Dans son classement édition 2018 des pays africains en matière de gouvernance, elle a hissé le Bénin au 13ème rang contre le 14ème rang l’année dernière. Sur les 54 pays du continent africain, c’est une bonne performance du Bénin qui se maintient dans le haut du tableau avec une moyenne de 58,7/100.

Ainsi, la fondation Mo Ibrahim confirme les efforts et les mérites du Bénin en matière de bonne gouvernance, comme d’autres organismes internationaux l’ont déjà fait. La plus belle performance du Bénin a été enregistrée dans la catégorie « Participation et Droits Humains (71.5) » et dans la sous-catégorie « Sécurité nationale (87.8) ». En occupant le 13ème rang, notre pays vient devant plusieurs autres pays et pas des moindres sur le continent, notamment le Maroc (15è), le Burkina Faso (16ème) , la Côte d’Ivoire (22ème ), le Niger (24ème), le Togo (30ème) et le Nigéria (33ème). Ce qui voudra dire que de grands efforts sont faits par le président Talon et son gouvernement pour hisser le pays à un niveau respectable. Quand on voit certains pays classés loin derrière le Bénin (Maroc, Nigeria, Côte d’Ivoire…), on peut être fier et se dire que le pays est sur la bonne voie. Faut-il le rappeler, l’Indice Mo Ibrahim de la bonne gouvernance en Afrique (Iiga) permet de mesurer et d’évaluer annuellement la qualité de la gouvernance pour chaque pays africain. Cette évaluation prend en compte quatre (04) composantes. Il s’agit de la Sécurité et Etat de droit, la Participation et droits humains, le développement économique durable et développement humain.

Odi I. Aïtchédji