Spread the love
Patrice-Talon
Le président Talon scelle une nouvelle alliance avec les syndicalistes

La rencontre du chef de l’Etat avec les partenaires sociaux, jeudi dernier, a été l’occasion pour les deux parties de se parler et de chasser les malentendus sur plusieurs dossiers.

Entre le chef de l’Etat et les responsables des centrales et confédérations syndicales, est-ce désormais la lune de miel ? On peut y croire. Après avoir pris l’engagement de partager avec eux toutes les informations liées à la gestion de l’Etat, le président Talon a une fois encore gagné la confiance des partenaires sociaux. Cette marque de confiance a été renouvelée à la suite du face-à face Talon-syndicats la semaine dernière. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de l’instauration d’une tradition de concertation et de consultation qui va s’établir et qui aura pour avantage d’aplanir d’éventuels malentendus liés aux revendications des travailleurs. La signature de la charte sur le dialogue social et la promesse du chef de l’Etat de partager désormais avec eux toutes les informations liées aux grandes décisions de l’Etat sont notamment les actes qui ont non seulement séduit les responsables syndicaux, mais surtout les ont mis en confiance.  A ces points s’ajoute la disponibilité du chef de l’Etat à garantir les franchises universitaires qui sont violées ces derniers mois à l’Université d’Abomey-Calavi et à lever le voile sur les différentes réformes de l’Etat.

Le Cstb : la politique de la chaise vide

Seule organisation de travailleurs à avoir manqué à ce rendez-vous du chef de l’Etat, la Cstb reste dans un enfermement sans fin. Et pour cause. La Centrale dirigée par Paul Essè Iko, semble-t-il, voit le diable partout. A titre illustratif, la politique de la chaise vide adoptée par la Cstb dans le cadre de la rencontre Talon-partenaires sociaux en fin de semaine dernière. Ceci, parce que Paul Essè Iko signifie qu’il ne lui appartient pas de chercher à rencontrer le chef de l’Etat pour échanger autour des questions brûlantes.

Odi I. Aïtchédji

(Coll)