Spread the love

barvure-militaireL’arrestation d’un présumé braqueur s’est déroulée le lundi 13 juillet 2015 au quartier Tranza dans le 3ème arrondissement de la ville de Parakou. L’intéressé que ses colocataires appellent souvent « Chef » sans connaître son nom est un militaire. Mais, il a été licencié depuis peu des forces armées béninoises pour mauvais comportements et actes répréhensibles. Des soupçons de braquages qui pèsent sur lui ont amené la hiérarchie à procéder à son interpellation pour les besoins de l’enquête.

Le présumé militaire braqueur n’a pas échappé à l’assertion « 99 jours pour le voleur, mais un seul pour le propriétaire ». Le jeune militaire sur qui pèsent de forts soupçons de braquage a passé environ 09 ans dans l’armée, selon nos sources. Mais, depuis environ 06 mois, le « chef », comme le désignent ses amis et colocataires, a été viré du camp pour des actes répréhensibles. Depuis ce moment, des informations relatives aux agissements du militaire radié qui sont parvenues à la hiérarchie militaire sont de nature à ternir l’image de cette corporation. Celui-ci s’adonnerait à des actes de braquage. Selon les co-habitants du « Chef », ce dernier est, pour la plupart du temps, enfermé dans sa chambre et, ce n’est que dans la nuit qu’il sort souvent. Nos investigations indiquent que la hiérarchie aurait entamé ses propres enquêtes avant de lui mettre la main dessus dans la soirée du lundi 13 juillet 2015. Pour y arriver, il a fallu plusieurs militaires avant de le maîtriser, malgré toute sa résistance à son arrestation. Dans sa chambre, il a été retrouvé une tenue militaire et des chaussures ‘’rangers’’. Selon un responsable de l’appareil judiciaire, ces objets peuvent être considérés comme des éléments de preuve. Le présumé militaire braqueur mis hors d’état de nuire sera entendu et la justice décidera de son sort.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)