Spread the love

RoutesLe documentaire diffusé par la télévision nationale lundi 20 août 2018 sur les grands travaux en cours d’exécution dans le secteur des infrastructures routières au Bénin a permis de constater le niveau global d’avancement des chantiers. Point sur les travaux et les perspectives.

Les travaux d’envergure engagés par le gouvernement et le suivi rigoureux des chantiers dont il a hérité de l’ancien régime ont été présentés par la télévision nationale sous le format d’un documentaire intitulé Pag infrastructures, carnet de route 2018. Au total 47 projets d’un coût global de 2263 milliards de Francs Cfa sont inscrits au Pag au titre du secteur des infrastructures. Au nombre de ces projets, on peut identifier 21 projets phares d’un coût de 1838 milliards francs Cfa et 26 projets prioritaires d’un coût de 424 milliards francs Cfa. Sur les 21 projets phares, 7 ont déjà connu un début d’exécution et sur les 26 projets prioritaires 20 ont déjà connu un début d’exécution. Satisfait du niveau d’avancement des travaux, le ministre des Infrastructures, Alassane Seidou ne s’est pas empêché d’exprimer sa joie.« Nous sommes à la phase de concrétisation et là ce sont les faits qui vont parler. Nous sommes sûrs de pouvoir réaliser le Pag. Nous sommes en train d’évoluer par rapport à l’exécution de ces projets. Il y a des projets qui sont à la phase d’étude, des projets qui sont la phase de mobilisation des ressources et des projets qui sont déjà à la phase d’exécution physique (…), a-t-il déclaré. Outre l’amélioration des conditions de transport ou de convoyage des productions agricoles, ces projets visent à générer des emplois, car ce sont des milliers de jeunes béninois qui travaillent sur ces chantiers. « Ces projets stimulent l’emploi au Bénin et dans les régions impactées… », a précisé Alassane Seidou. Le documentaire a mis en exergue quelques chantiers. Il s’agit de la voie Natitingou-Boukounbé-Korontière, du chantier Djougou-Péhunco, de la route Kandi-Ségbana et de la traversée urbaine de Parakou. De même, le documentaire a mis en évidence l’axe Dassa-Savalou-Bantè-Bassilla-Djougou, la voie Zagbnanado-Banamè-Paouignan et les routes du Mono et du Couffo. Concernant la voie Natitingou-Boukounbé-Korontière, l’entreprise Sogea Satom fait l’expérience de la fondation avec les matériaux granitiques locaux afin de donner un soubassement solide à la voie. Cette façon de faire donnera plus de durabilité à la voie. Sogea Satom qui exécute les travaux de construction de la voie Natitingou-Boukounbé- Korontière est une entreprise expérimentée qui tient à la qualité des travaux comme les responsables du ministère des Infrastructures. Une mission de contrôle surveille le chantier tout comme les structures de contrôle internes du ministère. Le Maire de Boukounbé Richard Nabime au nom des populations a remercié le gouvernement du président Patrice Talon qui a concrétisé le projet de construction de la voie de Boukounbé, un projet cher aux populations qu’il administre. Désormais, a déclaré le maire, les populations de la région peuvent rallier le chef-lieu de département sans trop de difficultés.Sur l’axe Djougou-Péhunco, il y a la construction d’un ouvrage de franchissement. Les travaux sont à 80% de réalisation. La route Kandi-Ségbana est finalisée et permet déjà aux populations de se déplacer plus facilement.  La construction de cette route a permis de réduire les délais de route entre Kandi-Ségbana.

 Quid de la traversée urbaine de Parakou ?

 Les travaux de construction de la traversée urbaine de Parakou financés par la Bad, la Boadet l’Etat béninoisoffre une plateforme totale de 26 mètres de largeur. La grande particularité est que les carrefours sont bien aménagés. Les travaux sont à environ 99% d’exécution et doivent prendre impérativement fin à la fin du mois d’août. A fort trafic de gros porteurs en partance ou en provenance des pays de l’hinterland, la route Dassa-Savalou-Bantè-Bassilla-Djougou est d’une de grande importance pour le Bénin. Elle est longue de 257 kilomètres auxquels il faut ajouter plusieurs bretelles à savoir : la bretelle Prèkètè-frontière Togo longue 0,80 kilomètres, la bretelle Bassila-Manigri longue de 9 kilomètres et la bretelle Bassila-Frontière Togo longue de 4,7 kilomètres.C’est l’entreprise Ebomaf qui a été retenue pour exécuter les travaux. L’entreprise s’est installée et a déjà réalisé les études sur environ 175 kilomètres. Les travaux ont démarré depuis le 03 novembre 2017. L’avancement physique des travaux est d’environ 13%. Il faut noter que l’entreprise dispose de 36 mois pour finir les travaux. Concernant l’infrastructure routière Zagbnanado-Banamè-Paouignan, elle est longue de 57 kilomètres. Il faut aussi ajouter à ce chantier la bretelle Covè-Banamè longue de 12 kilomètres et la bretelle Koguédé-Zakpota longue de 5,2 kilomètres. C’est l’entreprise Adéoti qui exécute les travaux qui font au total 74 kilomètres. Les travaux ont démarré depuis le 06 novembre 2017 pour un délai contractuel de 30 mois. La route est projetée pour une durée de vie minimale de 15 ans.  Au vu de l’organisation mise en place, l’entreprise pense pouvoir achever les travaux dans les délais. Pour le projet de construction des routes du Mono et du Couffo, elle concerne Comè-Lokossa-Dogbo. Elle est longue de 71 kilomètres. C’est Ebomaf qui réalise les travaux qui sont en cours d’achèvement.  Dans le Couffo, plusieurs chantiers sont presque achevés et d’autres en cours. Il s’agit de Dogbo-Toviklin-Klouékanmè-Adja-Honmè et le chantier Klouékanmè-Lalo. Les travaux de construction des voies Lalo-Toffo et Lalo-Agbagnizoun-Klouékamè sont lancés récemment et les chantiers évoluent normalement. Le documentaire a également fait allusion à la route des pêches. La construction de cette voie notamment la phase 1est longue de 13,2 kilomètres et exécutés par Adéoti. Cette voie est composée de deux chaussées de double voie avec une structure bien épaisse. A la demande de l’actuel gouvernement, la structure avait été revue et d’autres aménagements spécifiques exigés par les nouvelles autorités.  L’exécution des travaux est à un taux global d’évolution de 43%. Dans l’Ouémé-Plateau, les routes Porto-Novo-Akpro-Missérété lancées le 02 octobre 2017 sont en cours d’exécution. Elles s’étendent sur une longueur de 12,6 kilomètres. Pour le projet Pobè-Adja-Ouèrè, il tient compte de la voie Pobè- Adja-Ouère-Ouinhi. Elle s’étend sur une longueur de 22 kilomètres et est aussi en cours d’exécution de même que les travaux de construction du pont de Gouti.

 Pont métallique de Womey

 Inscrit dans le Pag, le pont métallique de Womè est un ouvrage de franchissement mixte avec une structure en métal et en béton de 326 mètres. La technologie utilisée sur ce chantier est unique au Bénin en raison de la qualité et de la morphologie du sol. L’ouvrage est dimensionné pour une durée de 100 ans.Le suivi rigoureux par le ministère des Infrastructures et des transports, rassure de ce que les entreprises respecteront les délais et livreront des ouvrages de qualité.

 Les projets en perspective

 Comme perspectives, le gouvernement travaille à la concrétisation rapide de plusieurs projets tels : l’extension et la modernisation du Port autonome de Cotonou, la construction du boulevard Marina hôtel-ancien pont de Cotonou, la construction de l’autoroute du contournement nord de Cotonou et la construction de l’aéroport de Glo-Djigbé. Le gouvernement envisage également la construction de la Route des pêches (phase 2), la construction de l’autoroute Sèmè-Porto-Novo, l’équipement conséquent des postes de péage pesage pour améliorer le contrôle des charges pour lutter contre les surcharges et la construction de la boucle ferroviaire d’environ 3164 milliards de francs Cfa.

 A. T.