Spread the love

chantierLe  directeur général des Infrastructures, Jacques Ayadji, était sur l’émission « Bénin en chantier » de la télévision nationale mardi 17 avril 2018.  Pendant 90 minutes, l’invité a levé un coin de voile sur toutes les actions entreprises par le gouvernement pour renforcer le réseau routier Béninois.  

 « La route du développement passe par le développement de la route », dit-on.  C’est fort de cette assertion que le président de la République, Patrice Talon, ne ménage aucun effort depuis son assertion à la magistrature suprême pour densifier le réseau routier national. Les nombreux chantiers ouverts ont pour but de permettre la libre circulation des personnes et des biens. En deux années de gouvernance, 47 projets de construction d’ouvrage sont concrétisés. Ils sont divisés en deux groupes dont 21 projets phares qui portent la marque du gouvernement du Nouveau départ et 26 projets prioritaires dont 16 hérités de l’ancien régime. A la date d’avril 2018, plus de 450 kilomètres de voies ont été bitumées. Le gouvernement du président Patrice Talon étant une équipe qui travaille avec stratégie, tous les projets routiers initiés par le régime précédent ont été pris en compte et se poursuivent. A titre illustratif, 150 km de routes sur les 300 délaissés sont déjà achevés et le reste est en cours de finition. C’est le cas de la première phase de la Route des pêches redimensionnée. Les difficultés liées à la libération de l’emprise sont levées et la livraison de la route est prévue pour le début de l’année 2020. Pour la phase 2 de la voie Adounko-Porte du Non-retour, le financement est trouvé et le démarrage est prévu pour août 2018. La route Calavi-kpota – Cococodji via Hèvié initialement lancée en 2X1 voie est redimensionnée en 2X 2 voies avec l’inclusion du segment Ouèdo-Tori. La traversée et le contournement de Parakou quant à lui, a reçu un financement complémentaire de 8 milliards de francs Cfa grâce à l’appui de la Banque africaine de développement. En outre, le financement de la route Comé-Dogbo-Lokossa est bouclé et des négociations sont actuellement en cours pour débloquer celui de la voie Bétérou-Tchaourou longue de 67km, entaché d’irrégularités.  Voilà autant d’actions qui démontrent la volonté du chef de l’Etat à ne négliger aucun projet routier. Cependant, la poursuite de la construction des anciennes infrastructures n’a pas empêché le gouvernement du Nouveau départ de concrétiser ses projets initiés  dans le Pag.

 Quid des projets novateurs ?

 Le Bénin est en véritablement en chantier et les conditions se remplissent pour une facile mobilité des Béninois. De véritables efforts sont faits pour changer le visage du Bénin en matière de disponibilité des infrastructures routières. La réalisation des projets s’accélèrent. C’est le cas à Abomey-Calavi avec la finition du Pont de Womey qui, était entre temps réalisé dans des conditions peu orthodoxes causant ainsi la mort de 7 personnes. C’est aussi l’exemple de la route Boukoumbé-Korontière et à Porto-Novo. A Dassa-Savalou-Djougou où les travaux n’évoluent pas normalement, des lettres de mise en demeure ont été adressées à l’entreprise et à la mission de contrôle pour rester dans la logique tracée par  le gouvernement. Au nombre  des projets dont les financements sont totalement bouclés, on distingue le Contournement nord de Cotonou. A ce niveau, les études confiées au Cabinet Egis sont terminées. Trois entreprises sont déjà pré-qualifiées. Le projet consiste à contourner la ville de Cotonou avec un ancrage au carrefour Kpota à Calavi puis à longer la berge lagunaire jusqu’au quartier Wlacomey et enfin à traverser la lagune de Cotonou pour atteindre Agbatô. A ce niveau, la route se divise en deux bras. Le bras droit, appelé le barreau, va permettre de relier ce contournement au Port de Cotonou, longer le cimetière d’Akpakpa et enjamber la route et au niveau de l’église Saint Charbel, il y aura un pont qui va traverser la lagune pour se retrouver au niveau du boulevard de la Marina pour faire la jonction avec le projet de la réhabilitation et de la reconstruction du boulevard de la Marina qui part du carrefour Erevan là où chute la route des pêches pour aller retrouver d’un côté à gauche l’ancien pont et de l’autre côté à droite le barreau qui va se raccorder au contournement nord. Le deuxième bras continue et sort au niveau de Sèkandji, longe la route de Porto-Novo et chute au carrefour de Sèmè. Avec cet énorme projet, la fluidité du trafic dans la ville de Cotonou sera une réalité, car les camions ne descendront plus en ville. Par ailleurs, les routes dont les études sont en instance de démarrage sont entre autres,  l’autoroute Sèmè-Porto-Novo avec un nouveau pont sur le fleuve Ouémé et la rocade de Porto-Novo attribuée avec un certain nombre d’axes routiers à Ofmas International. Pour ce qu’il en est des chantiers en perspective, on note les routes Kota-Kouandé-Pehunco-Fobouré déjà signé, Guessou sud-Fobouré-Sinendé (négociations avancées), Djougou-Banikoara et Beroubouay-Kandi-Malanville dont le financement est établi et signé avec la Bid et Ofid. A travers tous ces grands projets routiers, on est sans soute en phase de dire que le chef de l’Etat, Patrice Talon est décidé à révéler le Bénin par la quasi-existence des routes.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)