Spread the love

Palais-de-justice-CotonouLa grève dans le secteur de la justice passe de 48 heures à 120 heures, c’est à dire 5 jours sur 5 à compter de ce lundi 15 janvier 2018. Cependant le service minimum est assuré ce lundi par des agents à leur poste malgré le durcissement du mouvement. Même s’il faut patienter dans une queue pour avoir satisfaction, les justiciables sont servis.

Si les travailleurs du Syntrajab, du Syntra justice et autres sont fortement mobilisés pour le suivi de cette grève, ce n’est pas le cas des autres agents de la maison justice. Au tribunal de Cotonou ce matin, les différentes caisses mises à la disposition des justiciables fonctionnent parfaitement. C’est le constat fait par une équipe de notre de rédaction. La plupart des justiciables rencontrées ce matin viennent faire des demandes de légalisation.  « Je suis venus pour la légalisation d’un dossier et j’ai déjà déposé et ils ont dit de revenir une heure après. Ceux qui doivent faire les légalisations sont à leur poste quand même. Je suis venus au tribunal pour faire le dépôt du certificat de nationalité. Je l’ai déjà déposé et ils m’ont dit de revenir le lundi pour le retrait. Je n’ai pas constaté de grève » ont-ils confié. Les légalisations au tribunal, sont généralement signées par un greffier. Et le certificat de nationalité par un juge. Ces justiciables ont satisfaction aujourd’hui pour l’un et lundi prochain pour le second.  Des actes déposés avant le lancement du mouvement de débrayage selon l’un des responsables de syndicat signataire du mouvement de grève. Jules, un autre justiciable  est passé retirer un casier judiciaire. Il a eu son acte qui porte la signature du procureur et du greffier en chef. Pour sa deuxième demande, il aura satisfaction ce soir nous a-t-il confié. Malgré la grève donc il aura satisfaction. Pendant ce temps, le préavis de grève de 5 jours, de l’Unamab, du Syntrajab, du Syntra Justice et autres est respecté par les travailleurs appartenant à ces organisations syndicales.

Léonce Adjévi