Spread the love

eleves(1)Les activités pédagogiques sont à la pause à Parakou. Mieux que la semaine dernière, le mouvement de paralysie déclenché depuis hier mardi 27 octobre 2015 et ce, pour 72h par le Front des syndicats de l’éducation est largement suivi. Même si Maurice Fadégnon, le 1er porte-parole du front dans les deux départements a rappelé que la grève est individuelle, les enseignants Ape et contractuels reversés exerçant dans les départements du Borgou et de l’Alibori étaient absents aux cours. Dans les collèges, l’amer constat de la cessation de toutes les activités engendre une paralysie générale. Le censeur du collège Zongo2, Abdoulaye Issifou, a confié que les enseignants vacataires très minoritaires ne peuvent pas se substituer aux autres. Dans les écoles, les enfants sont résolus à jouer et à flâner dans les cours.

 Clément Dognon

(Br Borgou-Alibori)

 Le Mono-Couffo dans la danse

Le mouvement de débrayage déclenché par le Front d’action des syndicats de l’enseignement est enfin suivi par les Collèges d’enseignement général du Mono-Couffo. Les syndicats des enseignants de ces deux départements affirment avoir suivi le mot d’ordre de grève de 72 h. En conséquence, les établissements d’enseignement général ont été paralysés le mardi 27 octobre 2015. « Tous les enseignants permanents et même les inspecteurs pédagogiques ont suivi à 100 % le mot d’ordre de grève de la Fesen/Cstb», a confirméThomas Sodji, le président des syndicats des enseignements maternels et primaire du Mono-Couffo. Le même constat a été fait au niveau de l’enseignement primaire des deux départements. A titre d’illustration, la formation par les inspecteurs pédagogiques, prévue pour le mardi 27 octobre, au profit des enseignants du Mono-Couffo a été annulée. Pour Thomas Sodji, ce n’est pas la menace de grève de 48h du Front qui est suivie, mais plutôt celle de 72 h de la Fesen/Cstb. Il a déclaré que les enseignants des deux départements n’accordent toujours pas leurs violons sur la manière dont le Front a lancé le mouvement de débrayage.

 Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)