Spread the love

 La question de la régustaveSvision de la constitution était au cœur de l’émission « Pour ou contre » de la télévision Golfe Tv du jeudi 26 mars 2015. Oswald Homeky était face au Ministre en charge des relations avec les institutions (Mcri) Gustave Dépo Sonon.

Qui a raison et qui a tort dans cet interminable débat sur la révision de la Constitution ? L’émission télévisée « Pour ou contre » du jeudi 26 mars 2015 n’a pas permis de démêler l’écheveau. Le Ministre en charge des relations avec les institutions Gustave Dépo Sonon a convié le peuple béninois à croire à la bonne foi de son chef, le Président Yayi Boni. Il a affirmé que les Fcbe n’ont jamais soutenu que la recherche de la majorité à l’Assemblée nationale est inspirée par le souci de réviser la Constitution pour s’éterniser au Pouvoir. Oswald Homeky, quant à lui, n’a pas réussi à prouver en quoi la révision permettra un changement de République. Il a quand même persisté et signé en déclarant qu’il y a un plan machiavélique pour prolonger le mandat du Chef de l’Etat au détour d’une acrobatie juridique. Niet ! a estimé le Ministre Dépo qui a soutenu que le seul outil disponible par le camp adverse pour semer la confusion, c’est d’empoisonner l’opinion avec des procès d’intentions, des idées colportées pour remettre en cause la bonne foi du Chef de l’Etat. Cette bonne foi de Yayi Boni, Oswald Homeky en a pratiquement cure. Il a affirmé que le Chef de l’Etat a, de par ses propres actes, prouvé qu’il n’a plus de parole et qu’il peut changer à tout moment. « Il y a bel et bien un outil pour mesurer la sincérité d’un Chef de l’Etat. C’est le taux de réalisation des promesses. Le président a-t-il réussi à avoir les 30% de femmes dans son gouvernement ? A-t-il réussi à transformer Sakété en Tokyo ? Un jour le président a dit c’est terminé, je retire le projet de révision. Après, on annonce que le projet est maintenu. Le 1er aout 2012, il a déclaré, devant caméras, qu’il y tient. 14 février 2015 ! Les Fcbe ont déclaré qu’ils auront la majorité pour réviser la Constitution », a-t-il déclaré. Le Président du Front annonce que, quelque soit l’attitude du Chef de l’Etat, la retrait du projet de révision de la constitution sera effectif. « On a le droit d’exprimer ce que nous pensons. Nous allons obtenir le retrait du projet. Nous comptons sur notre force, la capacité de mobilité de la jeunesse. Le Bénin a une histoire. Même s’ils ont 83 députés, nous obtiendront le retrait », a-t-il déclaré. Le Ministre Sonon a répliqué en affirmant que l’initiative de retrait n’appartient pas seulement au gouvernement et que les députés peuvent mettre fin à l’initiative s’ils le veulent. « Je ne sais pas pourquoi on joue tout le temps à intoxiquer et prêter des intentions au Chef de l’Etat. La loi donne prérogative aux députés de retirer le projet, mais ils ne le font pas et accusent le Chef de l’Etat. S’ils n’en veulent plus, qu’ils votent son retrait et cela se fera », a-t-il déclaré.

 Hospice Alladayè