Spread the love

On vous l’avait bien dit, nous avons un président unique. Il est le seul chef d’Etat au monde, je peux vous l’assurer au bout des mois d’enquêtes que je viens de finir dans des dam jam de sodabi, à saluer des lampadaires et leur sourire. De même, il est le seul président de la République qui, au sol, fait de grands signes de mains d’au revoir, aux avions de ses hôtes qui décollent à l’aéroport.

Hier, il n’a pas raté ce cérémonial, quand décolla l’avion de François HOLLANDE. C’est vrai qu’il est reconnaissant certainement à son hôte de lui avoir permis de se revoir en portraits géants au carrefour de la place des martyrs et à d’autres endroits, d’où il avait disparu depuis des semaines. Cela devrait lui manquer beaucoup car, on sait que YAYI n’a pas et ne peut plus changer…

Un de mes neveux férus des détails a compté que notre président de la Republique a embrassé 16 fois au moins, son collègue français entre une heure du matin et 15 h de l’après-midi hier. Quatre fois à son arrivée au pied de l’avion, quatre fois le matin à son arrivée au palais de la Marina, quatre fois après l’allocution de ce dernier et, enfin, quatre fois à son départ. Qu’est-ce qu’il a dû souffrir mon neveu et ancêtre François ! Il a beau connaître la familiarité agressive de son hôte, il a toujours paru un peu surpris quand il se jette sur lui ou l’ attrape pour ces deux paires d’accolades, parfois, ponctuées de tapes ou de caresses dans le dos …

En tout cas, le discours de HOLLANDE a bien fait plaisir à YAYI, surtout le passage qui a failli faire pouffer de rire une bonne partie de l’assistance quand, magnifiant la démocratie béninoise, il affirme, le pauvre, que « La Constitution béninoise n’a jamais été violée « . S’il n’existait pas une télécommande que Paris n’avait pas voulu extrader, pour que le YINWE national la casse, notre constitution, qui doit avoir un peu mal au cul depuis que YAYI est là, aurait déjà succombé et aurait été remplacée suite aux multiples viols répétés… Et aux molles protestations par communiqué ampoulé lu par un porte-parole de l’ Elysée, le Pouvoir cauris répondrait à la NKURUNZIZA… » respectez nos textes et nos institutions  »  

YAYI, lui, il respecte tellement nos instituions que hier, lors des salutations des présidents d’institutions après les allocutions, il a retenu le président de la CENA pendant plus d’une minute, bloquant ainsi le rang… On attend la proclamation des dernières communales, municipales et locales pour découvrir les cas qu’il plaidait !

 Je vous l’avais dit, il n’y a pas que les femmes qui soient toutes BEHHH pour YAYI, il paraît de plus en plus lui-même MEUHH.

 Ne pleurez pas les enfants… A la prochaine !

Votre Oncle AGBAYA