Spread the love

hostiePlus que jamais Ravip !

 Le Ravip, Recensement administratif à vocation d’identification de la population, soit dit, est une volonté du peuple représenté par ses élus. En effet, c’est lors de sa séance du 24 avril 2017 que l’Assemblée nationale a marqué son accord pour le projet de loi 2017-08 du 19 juin 2017 portant identification des personnes physiques. Le recensement initial qui couvre la période du 1er novembre 2017 au 30 avril 2018 a enregistré très tôt l’enrôlement du président de la République Patrice Talon. Il a accompli son acte civique dans l’après-midi du mercredi 1er novembre 2017.

Le top était ainsi donné de fort belle manière. Seulement, il fallait compter avec la nonchalance des Béninois. Il fallait compter avec l’attitude peu recommandable qui consiste à toujours attendre le dernier moment. Les différents recensements ont prouvé que les Béninois attendent presque toujoursles derniers moments pour se bousculer devant les agents recenseurs. Il en a toujours été ainsi avec l’Institut national de statistiques et d’analyse économique (Insae) qui fait le Recensement général de la population et de l’habitation (Rgph). Le même constat a été observé lors du Recensement administratif à vocation état civil (Ravec) ; du Recensement électoral national approfondi (Rena). Et pour le Ravip, l’attitude des Béninois n’a pas varié. Après l’énergie déployée par les membres du Gouvernement et les responsables du Comité technique de pilotage du Ravip qui, chacun en ce qui le concerne, justifiait le bien-fondé de ce nouveau Recensement, quelques citoyens se sont empressés devant les kits d’enrôlement pour se faire identifier. L’engouement qui a prévalu au cours des deux premiers mois de l’opération s’est estompé au début du mois de janvier.

Du coup, plusieurs agents recenseurs se sont ennuyés de janvier à mars 2018. Mais subitement, au cours du dernier mois (avril 2018) consacré à la phase initiale, que de files on observe devant les agents recenseurs à travers tout le pays. Les personnalités de toutes les obédiences politiques se sont empressées de remplir les formalités pour figurer sur la liste du Ravip. Désormais, tout le monde, ou presque respire Ravip. C’est tant mieux pour l’équipe de Jean Aholou et de ses coéquipiers François Awoudo, Jean-Claude Ahouanvoébla… qui doivent se satisfaire de l’évolution du recensement et du taux satisfaisant auquel ils sont parvenus. A l’issue de cette dernière journée, ils procéderont à une évaluation. Ils jugeront et décideront d’une éventuelle prorogation afin de faire le ratissage nécessaire pour faire enrôler le plus grand nombre de Béninois et d’étrangers sur la liste du Ravip.

Plus qu’un simple recensement, le Ravip a pour premier objectif d’immatriculer chaque citoyen ou étranger vivant sur l’étendue du territoire national. Cette identification arrimée aux données personnelles permet de ficher chaque individu et d’assurer sa sécurité. La carte générée par le Ravip est une carte qui « simplifie la vie ». Elle est en effet multifonctionnelle. Utile pour les universitaires qui peuvent y consigner leurs diplômes, utile pour les hommes d’affaires qui peuvent y inscrire les données de leurs multiples cartes d’assurance, cartes bancaires, etc.

En ce dernier jour d’inscription sur la liste du Ravip, combien de citoyens sont encore à la traîne ? Tous les hommes éclairés se sont-ils déjà fait enrôler ? Le compte à rebours a commencé. Et le Comité technique de pilotage du Ravip a instruit ses structures de terrain à travailler sans répit. A ceux qui doutent encore des objectifs de cet outil, en attendant de critiquer le Ravip, feraient mieux de s’enregistrer d’abord. Et demain, serait trop tard.

 Jean-Claude Kouagou