Spread the love

hostieRosine mourra

 Pour une énième fois, Rosine Vieyra Soglo est annoncée morte. Elle n’y échappera pas. Cependant, quel plaisir éprouve-t-on en annonçant la mort de son semblable ? Qu’est-ce qui peut justifier une telle recherche effrénée de scoop à l’égard des Soglo ? Son époux, Nicéphore Soglo a été plusieurs fois annoncé mort sur les antennes de la radio mondiale Rfi. Rosine Vieyra et Nicéphore Soglo sont à même de s’approprier chacun en ce qui le concerne cette épitaphe du nonagénaire Albert Tévoédjrè et proclamer : « à la veille de nous dire au revoir, l’ancien que je suis devenu (e) et qui ne sait ce que demain sera, tient à vous dire encore : infiniment merci pour votre patience et votre générosité. » Il est évidence qu’ils sont devenus des vieillards. Car, la doyenne du Parlement béninois, Rosine Vieyra Soglo a entamé, au lendemain, du 7 mars 2018, sa 85ème année.

Comme le disait Modeste Kérékou au sujet de son père dont la santé se dégradait au fil des années, « ces personnes ont la santé de leurs âges. » Elles savent qu’elles finiront dans une tombe déjà construite ou à construire. Elles le savent parce qu’elles sont chrétiennes. Elles le savent parce qu’elles ont foi en Dieu. Elles savent que « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; s’il meurt, il porte beaucoup de fruits. » Jean 2, 24. Elles se souviennent qu’elles sont poussières et qu’elles retourneront à la poussière. Il y a donc une sorte de manie à vouloir annoncer en premier la mort de Rosine qui s’est révélée aux Béninois comme un prototype de femme que Mariama Bâ qualifie de méritante derrière la réussite de l’action politique ou publique d’un homme. L’ancienne ministre de Yayi Boni, Mme Rékya Madougou s’incline devant la dimension de Rosine Soglo. Elle l’a fait savoir au cours d’un atelier national sur le thème « Trois décennies d’engagement politique des femmes au Bénin ». Rékya Madougou affirme : « l’affection filiale et l’admiration que j’ai pour la présidente Rosine Soglo sont à la hauteur du monument qu’elle incarne. » En se prononçant sur le bilan de la participation des femmes en politique au Bénin, Rékya Madougou estime que cette participation « se situe quelque part sur un axe entre témérité et résignation. » Dans cette hypothèse, Rosine tient le bout de la témérité sur cet axe.

Députée à l’Assemblée nationale, Rosine, l’épouse du président Nicéphore Soglo, siège régulièrement au Parlement depuis 1995. Juriste et huissière de profession, elle est présidente fondatrice du parti Renaissance du Bénin (Rb) créé en 1992. Elle s’est distinguée par ses prises de position et ses révélations troublantes à l’Assemblée nationale. C’est cette femme aux multiples qualités que la Rumeur pousse au sépulcre avant l’heure de Dieu. Mais, il faut se garder de répandre de fausses informations sur la vie des gens. Rosine peut emboucher la même trompette que celle du président Hubert Maga au sujet de la limitation de l’âge à 70 ans pour prendre part à une élection présidentielle. « Ne m’enterrez pas vivant », avait signifié Hubert Maga aux délégués de la Conférence nationale qui projetaient ainsi les grands principes et les fondamentaux de l’élaboration de la Constitution qui naîtra le 11 décembre 1990. Rosine sera enterrée morte comme tout homme.

 Jean-Claude Kouagou