Spread the love

hostieVoyages estivaux finaux

 Le dimanche 16 septembre 2018 était la dernière journée formelle des voyages de fin des vacances scolaires. Dans ce cadre, les écoliers et les élèves ont regagné les villes dans lesquelles ils sont appelés à reprendre l’apprentissage de la connaissance universelle. Dans toutes les directions du Nord au Sud et du Sud au Nord, de l’Est à l’Ouest ou inversement de l’Ouest à l’Est, les compagnies de transports en commun ont été fortement sollicitées. Ainsi, contrairement aux jours ordinaires où la clientèle est constituée essentiellement de personnes adultes, toutes les compagnies de transports en commun ont plus assuré le déplacement de jeunes gens. Il ne pouvait en être autrement. Les circonstances s’y prêtent. C’est la fin de l’été et c’est l’école qui recommence.

Déjà dans les gares, pour s’assurer une place surtout dans la compagnie de voyage de son choix, ces derniers jours, il fallait la garantir au moyen d’une réservation. De façon exceptionnelle, certaines compagnies de transports réputées pour leur rigueur dans la ponctualité semblent avoir tenu compte du statut des clients du moment. 7h, l’heure de départ habituellement infranchissable par nombre de compagnies n’a plus été respectée. Elles ont attendu au moins une demi-heure après 7 heures avant de mettre en marche les moteurs des bus. Elles n’ont pas présenté des excuses pour les retards qui s’observaient. Mais pourtant, le retard semble n’avoir provoqué la réaction d’aucune des personnes adultes, le plus souvent exigeantes sur le départ à 7h. Elles s’accommodaient et acquiesçaient dans la mesure où les enfants en attente de rejoindre leurs centres de formation n’avaient pas fini de remplir toutes les formalités de voyage. Les chargeurs mettaient beaucoup de temps pour enrôler les nombreux bagages des élèves. Tous les bagages n’ont pu trouver de place dans les soutes des autobus. Chez certaines compagnies, les lignes de voyage ont été doublées pour transporter le surplus de voyageurs. A l’intérieur des bus, les porte-bagages sont plutôt vides, en raison de ce que les enfants ne tiennent pas de portefeuilles à y ranger. En somme, il était manifeste de constater que les voyageurs de la veille de la rentrée étaient particuliers.

En ce jour de rentrée scolaire, on présume que tous les apprenants sont déjà leurs cadres scolaires. L’Etat, pour le compte de l’année scolaire 2018-2019, a su jouer sa partition pour une rentrée scolaire apaisée. Les différentes revendications syndicales ne sont pas tombées dans les oreilles de sourd. Le chef de l’Etat, Patrice Talon et les membres de son gouvernement ont trouvé un terrain d’entente avec les partenaires sociaux. En effet, l’Exécutif est favorable à satisfaire aux revendications des centrales et confédérations syndicales. Il a pris l’engagement de traduire dans les faits les différentes primes et indemnités des agents publics relevant du secteur éducatif. Ainsi, pendant que certains décrets et arrêtés d’application indispensables pour la mise en application de certaines décisions sont déjà pris, d’autres sur lesquels les deux parties se sont convenus sont en cours de signature.

Dans l’espoir que les fruits tiennent la promesse des fleurs, les parents d’élèves qui s’y attellent déjà sont invités à accompagner les enfants dans le processus d’apprentissage. On souhaite en particulier aux enfants et enseignants un très bonne rentrée des classes.

 Jean-Claude Kouagou