Spread the love

hostie-4-1Amaroli ou élixir …

 Depuis des siècles, l’urine est utilisée pour ses vertus thérapeutiques. Hippocrate père de la médecine antique, prônait même son ingestion. L’usage religieux de l’urinothérapie est documenté dans un texte daté de 5000 ans. En Chine, l’utilisation de l’urine d’enfants dans la cuisson des aliments n’est que banale. L’exemple de l’œuf de garçon vierge est illustratif. En effet, l’œuf de garçon vierge se déguste au printemps. La recette est simple. Les jeunes garçons âgés de moins de 10 ans urinent dans des barils en plastique dédiés à cet effet situés à la sortie des classes. L’urine récoltée servira de bouillon. Les œufs y marinent pendant toute une journée. Vers la fin de la cuisson, les coquilles se fissurent et les œufs s’imprègnent délicatement du bouillon d’urine de garçons.

Selon la médecine traditionnelle chinoise, les mets préparés à base d’urine auraient comme effet bénéfique de rétablir le yin, de diminuer la chaleur corporelle lors des journées chaudes d’été, et d’améliorer la circulation sanguine. Ainsi au fil des siècles, l’urinothérapie s’est développée dans toutes les régions du globe. L’urine était utilisée aussi à des fins de diagnostic pour rechercher une grossesse ou un diabète. Elle était goutée au Moyen-Âge pour tester la présence de sucres. Au XVIe siècle de nombreux remèdes sont tirés de l’urine, surnommée avec poésie : la boisson d’or. Or, généralement, lorsque nous sommes malades, notre réflexe est de courir chez le docteur, puis d’aller à la Pharmacie pour se fournir en médicaments. Pourtant, certains ont décidé d’adopter un autre mode de soin. Et quoi de mieux que l’urine comme moyen le plus naturel pour se soigner intérieurement, mais aussi extérieurement. L’urine peut être utilisée comme médicament.

 L’amaroli ou tout simplement l’urinothérapie ne vous dit rien certainement. La première fois que j’ai entendu parler de l’Amaroli c’était au cours d’une réunion familiale au cours de laquelle ma tante vantait les mérites d’un concept qu’elle avait testé Habituée à tout ce qui est naturel, soins par les plantes, homéopathie. Farouche opposante aux vaccins, elle venait de découvrir ce concept par le biais de sa belle-mère gravement malade. Qui elle-même avait commencé son traitement à base d’urine, suite aux conseils de son médecin traitant. Vous êtes sans doute écœurés  à la lecture de cet article. Bien souvent, l’urine suscite dégoût. On pense généralement que l’urine est porteuse de microbes. Et pourtant, si vous saviez….

Au XVIIIe siècle, un traité d’agronomie vante les vertus d’un breuvage qui fleure bon la nature : l’eau de Mille-fleurs. Cette eau de Mille-fleurs correspondrait à de l’urine de vache. Une urine qui serait purgative et aurait des vertus contre l’asthme, les rhumatismes, la goutte sciatique… Pour cette médecine qui tâtonne, l’urine soignerait de nombreux maux et aiderait même l’organisme des tout-petits emmaillotés dans leur lange et macérant dans leur urine à se prémunir des maladies. Toujours au XVIIIe siècle, les dentistes en prescrivaient à leurs patients à Paris pour traiter diverses affections buccodentaires. Et en Europe, l’urine était même conseillée en prévention contre la peste.

L’usage de l’urine à des fins thérapeutiques, ne date pas d’aujourd’hui. De l’Inde à l’Egypte ancienne, en passant par nos campagnes, l’urine (humaine et animale) a toujours été utilisée. Mais comme pour beaucoup de remèdes pour la santé, c’est la foi en urine qui guérit.

 Jean-Claude Kouagou