Spread the love

hostie...Maintenant Bohicon !

 Ville carrefour ! Bohicon l’est. Collectivité territoriale établie par la loi 97-028 du 15 janvier 1999, portant organisation de l’administration territoriale de la République du Bénin, on ne lui connaît presque l’unique nom Luc Atrokpo, bourgmestre jusque-là indétrôné. Au plan de la gouvernance, la commune a remporté des trophées. Luc Atrokpo s’est ainsi positionné comme un maire dont la gestion administrative, financière et managériale, respecte peu ou proue l’orthodoxie recommandée. Les prétentions qu’on peut prêter à la ville dont le premier maire fut Paulin Tomanaga, donne l’image de l’arbre qui cache la forêt. Car, le niveau physique de développement de la ville de Bohicon, qui occupe une position géographique très stratégique, n’illustre pas suffisamment les efforts herculéens du maire Atrokpo.

En effet, le réseau routier de la ville, bien que s’améliorant avec le pavage de certaines rues, mérite encore beaucoup d’investissements. Au même moment que les hôtels font irruption dans les différents quartiers de la ville, beaucoup de voies d’accès sont difficilement praticables. A la tombée des pluies torrentielles,  Bohicon dont on parle si bien devient méconnaissable. Des flots d’eau de ruissellement envahissent les chaussées et rendent difficile la circulation.

Bohicon, en tant que ville-carrefour, a besoin certainement d’étendre l’assiette de ses investisseurs. L’Etat doit désormais concevoir des projets spécifiques à cette ville pour la rendre plus attrayante. Cette métamorphose au profit de Bohicon pourrait rendre jalouse la ville d’Abomey, chef-lieu du département du Zou. Car, elle aussi n’est pas mieux lotie. Mais la situation géographique de Bohicon fait qu’elle peut bénéficier d’une attention particulière de la part de l’Etat. Le programme d’asphaltage qui tient à cœur au chef de l’Etat, Patrice Talo, peut énormément contribuer à changer qualitativement le visage de la ville de Bohicon. Il est maintenant grand temps que les choses avancent dans cette ville.

Jean-Claude Kouagou