Spread the love

hostieSoglo et l’apaisement

Dans ses songes, le vieux père s’est remis en cause. Nicéphore Dieudonné Soglo, l’ancien président de la République, vice-président du Forum des anciens chefs de l’Etat et de gouvernement d’Afrique, ancien maire de Cotonou, l’ami, entonne un nouveau refrain : « il faut ramener la balle à terre ». La tension politique avait quitté le champ de l’ordinaire pour se retrouver dans une arène de torpeur.
Après avoir prêté flanc et même cautionné la lutte d’une certaine classe politique et de leaders syndicaux, l’ancien président, du haut de ses 83 ans, embouche désormais la trompette de la paix. S’il ne subit plus d’émotion, le président Soglo, tout en ayant un œil vigilant et bienveillant sur les acquis démocratiques du Bénin, devient un adepte de « la paix par un autre chemin ». Concept prôné par l’autre vieux de Porto-Novo, Albert Tévoédjrè et qui est partagé par la communauté internationale. « Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? », écrivait Antoine de Saint Exupéry. En le paraphrasant, on dira, quel monde de paix ? La responsabilité morale des acteurs d’aujourd’hui importe beaucoup dans le comportement social des acteurs de demain. C’est pourquoi, avec un peu de jugeote, les acteurs du monde d’aujourd’hui, pour se maintenir tranquille dans leur sépulcre, doivent œuvrer à l’accomplissement d’un monde de paix. Seuls les intérêts ne changent pas. La grandeur d’un homme est de savoir opérer des mutations internes favorables au concept du « vivre ensemble ». Et cela le président Nicéphore Soglo l’a compris. Avec sa canne, il répand désormais la bonne nouvelle. Qu’il soit ainsi, aujourd’hui et toujours.

Jean-Claude Kouagou