Spread the love

hostieL’homme de la situation

 Le président de la République, Patrice Talon enfile totalement son manteau d’homme d’Etat. Pour qui le connaissait simplement homme d’affaires, il exprime désormais son leadership sur tous les plans. Le social, la sécurité des personnes et des biens, l’administration publique, la considération pour les institutions de la République pour une démocratie durable, le Bénin, la Sous-région et le Monde, Talon prouve sa capacité à diriger le pays. Il en a donné la preuve le 16 janvier 2018 à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux au président de la République, par les Institutions, le corps diplomatique accrédité au Bénin et le haut commandement militaire.

La société béninoise est en crise de valeur. Et c’est pour cette raison que le chef de l’Etat est d’avis avec les présidents des Institutions de la République qu’il faut « une réforme intellectuelle ». Nouveau concept. Certes, mais qui s’accommode avec ce que son prédécesseur, Yayi Boni appelait d’abord « Changement » puis « Refondation ». Patrice Talon salue la convergence des Institutions vers cette réforme intellectuelle en soutenant que l’Etat, dans son organisation, dans sa gestion, dans son administration et dans le comportement de ses agents, doit rendre compétitif notre espace économique et social, …  Et pour cause !

La mise en œuvre de ce nouveau concept doit permettre d’améliorer « les réformes engagées dans les domaines essentiels à notre vie commune et qui ne suffisent pourtant pas, seules, à inscrire dans la durée le redressement entamé et le rayonnement espéré ». Car, ajoute le patron de l’Exécutif, ce sont les réalités sociales d’aujourd’hui qui justifient l’action du gouvernement « dont l’objectif vise à terme, à sortir les populations de la pauvreté, à offrir à chaque citoyen les moyens et les opportunités d’un réel épanouissement et à assurer la crédibilité de l’Etat. » Puis Talon avance : « Notre situation ne nous laisse aucun choix en ce moment où l’aide internationale se fait rare, où nos bras valides immigrent massivement vers l’Europe au péril de leurs vies, où nos pays d’Afrique sont traités avec mépris. »

Devant le corps diplomatique, la question des visas a été évoquée. Patrice Talon est favorable à leur suppression. En effet, déclare-t-il, « il n’est guère possible de construire de fructueux échanges commerciaux entre les pays du Continent africain et ceux de notre sous-région en particulier, sans une libre circulation de nos populations. C’est la libre circulation des personnes qui garantit celle de leurs biens, surtout dans un environnement mondial où seuls les grands ensembles ont la chance de survivre.

Dans un contexte de mondialisation économique, le Chef de l’Etat rappelle les conditions indispensables aux investissements durables qui transforment un pays. A ce propos, le président Talon fait savoir que : « Un pays attrayant aux plans économique et touristique est celui qui sait en effet se révéler au monde, qui sait promouvoir ses talents et ses potentialités. Un pays qui sait surtout garantir la paix, la stabilité et la sécurité pour lui-même et pour les étrangers qui y séjournent. Telles sont les conditions nécessaires qu’évaluent les investisseurs étrangers et locaux dont nous avons besoin pour réaliser nos grands projets. » C’est en connaissance de cause que devant les hommes en uniforme, il réitère son engagement « à doter nos Forces, de moyens humains, financiers et matériels nécessaires à l’accomplissement de leurs missions républicaines. »

Alors sur tous les plans, et suivant la cohérence requise, Patrice Talon se montre homme de la situation. Les sacrifices d’aujourd’hui qui font gémir transformeront agréablement demain. C’est son leitmotiv résultant.

 Jean-Claude Kouagou