Spread the love

Talon voeuxLa foire à l’autoflagellation du béninois par le béninois doit finir. Dans un langage de vérité, le Chef de l’Etat a appelé les fils et filles à éprouver un amour inconditionnel pour le pays et pour leurs frères et sœurs du Bénin. C’était hier  à l’occasion de la cérémonie de signature de la convention de partenariat entre l’Association des élus français d’origine béninoise (Efob) et l’Association nationale des Communes du Bénin.

Au cours de son intervention, Patrice Talon a lancé un appel solennel à l’abolition du mot « béninoiserie ». Selon le Chef de l’Etat, le béninois n’est pas autant mauvais qu’on le dit. Ce mot exprimant la mesquinerie doit être effacé de la conscience collective selon les dires de la première autorité du Bénin. Patrice Talon est ferme et l’affirme sans ambages. « …J’ai toujours souhaité que l’expression « béninoiserie » soit derrière nous. Le Béninois est mauvais, le Béninois est jaloux, le Béninois est envieux, si tu rentres ils vont te tuer… Nous avons véhiculé et entretenu ce mauvais mythe… Et pourtant, c’est faux ! Nous ne sommes pas plus mauvais que les autres », a fait savoir Patrice Talon. Ce discours rétrograde doit être, selon lui, enterré et changé en éloge et gloire pour le Bénin et ses fils. Patrice Talon a exalté le Béninois et trouve qu’il est un homme de qualité, de talent et de cœur. Il n’a  pas manqué d’exhorter les uns et les autres à cultiver l’amour pour le pays. « Je voudrais vous exhorter à travers ce partenariat, à faire la promotion du béninois tel que vous le faites déjà, vous membres de l’Association des élus français d’origine béninoise. Au-delà de vous et de vos proches, faites la promotion du Béninois. Nous sommes des Hommes de qualité, de talent, de cœur. Et cette mission me paraît plus importante que n’importe quelle autre. Ce serait un capital énorme que de contribuer au fil du temps à changer l’image du Béninois, d’abord auprès de nous-mêmes puis auprès des autres », a-t-il laissé entendre. Au cours de son intervention le Chef de l’Etat a précisé que cette image écornée peut être corrigée grâce à un travail assidu sur les générations actuelles et futures. Il s’est plus adressé à la diaspora française. « J’exhorte les miens, à contribuer à changer notre image à l’endroit de nos enfants restés en France, nos enfants qui ont honte de dire qu’ils sont Béninois. C’est en famille auprès de nos enfants en France qu’il faut restaurer l’image du Béninois », a-t-il indiqué. Le Chef de l’Etat a sollicité de la part des Béninois de l’Association, une disponibilité franche en vue d’un transfert de compétence dans tous les domaines. « Je serai ravi de contribuer à la concrétisation de l’accord que vous venez de signer par des actions de formations à nos élus parce que vous avez acquis de l’expérience. Vous serez capables de transférer à vos frères et sœurs d’ici les moules qui leur permettront d’avoir des actions plus efficaces au profit de nos pauvres parents », a-t-il déclaré. Il a insisté sur les qualités qui fondent sa gouvernance à savoir « la rigueur et l’efficacité dans la gouvernance », premier facteur de développement. Ce que j’attends de vous, ce serait moins que les économies que vous allez nous envoyer ; ce sera nous aider à avoir une meilleure gouvernance… », a-t-il souhaité pour finir.

 Abdourhamane Touré