Spread the love

fcbe1Quand la cour du mouton est sale, est-ce au cochon de le dire ? Sincèrement, si des gens doivent critiquer les actions du régime actuel, est-ce ceux qu’on a vus et entendus hier ? Amos Elègbè (un vieux qui ne veut jamais quitter la scène politique malgré ses échecs répétés), Eugène Azatassou (le plus malheureux du régime Yayi) et Valentin Djènontin député à l’Assemblée nationale après avoir appartenu à un régime couvert de scandales sont-ils crédibles pour critiquer un régime dans ce pays ?

Les regards qui se sont croisés hier sur la gouvernance Talon ont quel crédit devant le peuple béninois ? Qui sont-ils ? Que valent-ils encore ? Des gens qui ont été rejetés par le peuple et dont le candidat a été sévèrement battu dans les urnes, il y a seulement quelques mois, se permettent de vouloir critiquer les actions de celui que le peuple béninois a choisi pour sauver le pays. Ils étaient où quand le peuple mourrait de faim ? Ils étaient où quand le désespoir gagnait les Béninois pour qu’ils optent pour le Nouveau départ ? Des gens en qui le peuple n’a plus confiance peuvent-ils encore  critiquer? Au nom de qui les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) agissent encore ? Opposants ou partisans (de quelle population ?).

Le régime Talon a besoin, certes d’une opposition (quelque soit sa nature), mais pas d’une opposition dans laquelle se retrouvent ceux qu’on a vus hier. Franchement, le peuple est fatigué de voir certains visages et d’entendre certaines personnes parler en son nom. Et mars dernier, on en a eu la preuve. Un régime chassé par les urnes à cause de sa mauvaise gestion ne peut donner de leçons à celui qui a été appelé au secours. Il faut une opposition saine de gens plus ou moins propres. Ceux qui ont des cadavres dans des placards ne peuvent pas se positionner comme des défenseurs d’un peuple affamé. On s’attendait hier à voir de nouveaux visages. On croyait hier qu’au sein des Fcbe, il y a encore des gens neufs pour porter la voix des autres. Mais apparemment, il n’y en avait plus. Et ce sont les ‘’Elègbè et Azatassou’’ qu’on envoie au front. Comment peut-on envoyer des gens politiquement finis se prononcer sur la gestion d’un régime qui vient à peine de s’installer mais dont les actions forcent déjà admiration ?

Patrice Talon ne fait que corriger les imperfections du passé. Il ne fait que mettre de l’ordre dans le désordre créé dans plusieurs secteurs par ceux qui sont partis. Jusque-là, le régime actuel ne pose pas d’actes à critiquer si ce n’est pas le nettoyage des saletés et déchets laissés par les anciens locataires.

Au lieu de s’occuper de Patrice Talon, les Fcbe feraient mieux d’aller réfléchir sur les raisons de leur rejet par les Béninois. Ils n’ont qu’à revenir sur ce qui a favorisé leur descente aux enfers. Qu’est-ce qui n’a pas marché pour que les Béninois décident de tourner  leur page ? Ils doivent plutôt aller se voir pour situer les responsabilités et se préparer pour répondre des actes posés par les uns et les autres par le passé.  La remobilisation au sein des Fcbe ne devrait-elle pas se faire dans le but de ripoliner leur image ? N’est-ce pas mieux pour Azatassou et ses acolytes de se regarder dans le miroir pour chercher à changer de dénomination avant les prochaines échéances électorales ? Car, c’est clair que le peuple a tellement du dédain pour cette alliance  si bien que les Cauris n’ont pas de beaux jours à espérer lors des joutes électorales à venir.

Chacun n’a qu’à s’occuper de sa cour. Patrice Talon, appelé en sauveur, s’évertue déjà à corriger les erreurs laissées par le régime défunt. Que les Fcbe cessent de distraire le peuple.

FF