Spread the love

Chagrins, mécontentements et colères ! Tels sont les sentiments qui animent les populations de la localité de Tchakoué de l’arrondissement de Tannou-Gola dans la Commune de Toviklin. Ces sentiments qui s’enregistrent, presque, au quotidien découlent de la suspension des travaux de construction du pont de Tchakoué qui devrait relier leur localité aux autres quartiers de la Commune.

Les populations de Tchakoué souffrent le martyr. Elles n’arrivent plus, depuis quelques temps, à s’adonner à leurs activités génératrices de revenus. Toutes les activités de transports sont arrêtées. Tous ceux qui gagnaient leur vie, à travers ces dernières, sont soumis au chômage technique. A tous ces maux, s’ajoutent le piétinement de la commercialisation des produits vivriers. A l’origine de ces maux, figurent l’inachèvement du pont de Tchakoué qui doit relier leur localité aux autres quartiers de l’arrondissement de Tannou-Gola, voire de toute la Commune de Toviklin. En effet, lancés en janvier 2015, les travaux de construction de ce pont n’ont pas pu s’achever. Et ceci, à cause du désaccord entre les autorités de la Commune et le chef d’entreprise en charge de la construction du pont. En effet, à en croire les autorités de la Commune, toutes les dispositions réglementaires ont été prises pour que les travaux se déroulent normalement. Elles affirment qu’elles ont déjà mis à la disposition de l’entrepreneur en charge des travaux, les 30% du montant convenu qui est de dix millions Fcfa. Donc, pour elles, les travaux ne doivent plus piétiner. Mais, quant à l’entrepreneur, le montant qui lui a lui réservé est insuffisant. Il affirme que, s’il démarrait les travaux sur la base de cet accord financier, il risque de ne pas les achever en raison de l’insuffisance de l’enveloppe financière. Pour ce faire, il demande qu’on lui augmente davantage l’enveloppe financière qui était prévue. Ce que la mairie n’est pas prête à faire. Ipso facto, un bras de fer s’est enclenché entre l’entrepreneur et les autorités communales depuis quelques mois. Si ces dernières estiment que tout est prêt, l’entrepreneur pense le contraire. Pas d’avenant ! Pas de poursuite des travaux ! Martèle t-il. Pendant ce temps, les souffrances des populations augmentent, de jour en jour, à tel point que la misère a gagné tous les foyers. Et pour manifester leur mécontentement, elles ont saisi l’occasion des élections communales, municipales et locales du 28 juin dernier pour voter contre l’actuel chef d’arrondissement de Tannou-Gola, Grégoire Soké. Pour ce dernier, ce vote est injuste car, estime-t-il, il n’est mêlé, ni de près ni de loin, à ce dossier. « Au contraire, j’ai contribué au dénouement heureux de cette crise », s’est-t-il défendu.

 Les autorités communales et nationales interpellées

 Face à la souffrance des populations découlant du non-achèvement des travaux de construction de ce pont de Tchakoué, les autorités communales et nationales doivent réagir et parer au plus pressé. A en croire le chef d’arrondissement de Tannou Gola, Grégoire Soké, elles doivent accorder un avenant à cette entreprise pour qu’elle finisse les travaux. « J’invite le maire et ses collaborateurs impliqués dans la construction du pont à mettre la balle à terre et à accéder à la requête de l’entrepreneur, car les populations souffrent trop», a-t-il fait savoir.

 Claude Ahovè (Br Mono-Couffo)