Spread the love
Lucien-MEDJICO
Lucien Médjico désormais sous convocation judiciaire

Le mardi 17 avril 2018, l’Office de répression de la cybercriminalité a écouté Lucien Médjico, président des Jeunes turcs de la République pour des propos graves qu’il aurait fait circuler sur les réseaux. A la fin de l’interrogatoire dans la soirée d’hier, Lucien Médjico a été mis sous convocation.

Lucien Médjico a désormais des ennuis judiciaires. Interpellé par l’Office de répression de la cybercriminalité, il a été mis à nouveau sous convocation. La démarche judiciaire vise à lui faire répondre de ses propos abondamment relayé sur les réseaux sociaux incitant à la rébellion et troublant l’ordre public. En effet, habitué à ces genres de pratique, il s’est encore illustré négativement une fois encore. C’est pour avoir une idée des motivations qui sous-tendent de tels propos qui ne sont pas de nature à garantir la quiétude dans le pays que l’Office de répression de la cybercriminalité, sur instruction, l’a écouté en présence de son avocat, maître Paul Kato Atita. Il est libre de ses mouvements, mais a été mis sous convocation, puisque le dossier est toujours en instruction. Mais avant cette présentation, Lucien Médjico a alerté les réseaux sociaux par rapport à la convocation qui lui a été adressée. A son avis, il ne serait pas un cybercriminel et ne sait pas les raisons pour lesquelles une direction qui s’occupe de la lutte contre la cybercriminalité le convoque. C’est de l’ignorance, puisque les propos d’incitation à rébellion tenus par Lucien Médjico ont été publiés sur les réseaux sociaux. Et c’est la direction chargée de la répression de la cybercriminalité qui s’occupe des infractions liées aux Technologies de l’information et de la communication au sein de la Police républicaine. De toute façon, Lucien Médjico doit savoir que la pagaille n’a plus droit de cité au Bénin et qu’il doit répondre en toute responsabilité des actes qu’il pose. Peut-être qu’il est nostalgique de la période de son mentor Yayi Boni. En tout cas, tout le tintamarre qu’il a fait autour de sa convocation ne pourrait nullement ébranler le commissaire Nicaise Dangnibo, directeur de l’Office de répression de la cybercriminalité qui est un homme très efficace et habitué à ces genres de cas.

  Armel Nelson Avadémey