Spread the love

mathieu-kérékouLe Général Mathieu Kérékou a été conduit à sa dernière demeure ce samedi 12 décembre 2015. C’est à la faveur d’un dernier hommage lui a été rendu par la nation béninoise au cours de la célébration eucharistique présidée par l’Archevêque de Parakou, Mgr Pascal N’Koué, au Stade Omnisport de Natitingou. Au terme de ce grand rassemblement qui a réuni la famille du défunt, les acteurs politico-administratifs à divers niveaux, certains anciens collaborateurs venus eux aussi rendre hommage au président défunt, nous ont fait part de leurs impressions. (Lire ci dessous l’intégralité de leurs impressions).

Pascal Irénée Koukpaki : « Il ne supportait pas le désordre, ni l’indiscipline »koukpaki2

J’ai assisté tout à l’heure à la messe d’enterrement qui était bien organisée, digne du général. Il ne supportait pas le désordre ni l’indiscipline. Ce qui a attiré mon attention, c’est l’homélie de l’Archevêque, les paroles qui ont été prononcés par l’évêque de Djougou Mgr Paul Viera juste avant l’absoute. C’est des messages qui sont profonds et si nous devons prendre en compte les enseignements du Général, nous devons tout faire pour rester un pays de paix, de fraternité de justice et de travail. Ce que le Général nous a légué est important. On le réalise depuis une dizaine d’années. Moi, je m’en suis personnellement inspiré parce que c’est en étudiant un peu le Général que je fais ressortir le courage dont il a fait preuve, la foi qu’il avait et surtout l’abnégation dans ses actions. Alors, courage, foi et abnégation, j’ai alors fini par dire que c’est CFA éthique. Nous devons avoir l’audace de ce courage, l’audace de cette foi et l’audace de cette abnégation. Moi je crois que la voie du salut est là. L’humilité du Général, je l’ai vécu. Ceci pour avoir été directeur de cabinet du président Adrien Houngbédji en 1996 quand il était premier ministre ; j’ai été assistant du gouverneur de la BCEAO et en cette qualité, je voyais le Général tous les trimestres à la Banque centrale. Pour moi, c’est une donnée fondamentale. C’est pourquoi, je n’ai pas mis un accent particulier là-dessus. J’ai plutôt mis l’accent sur ce qui ressortait de ce que j’ai entendu aujourd’hui.

Abdoulaye Bio Tchané relookéAbdoulaye Bio Tchané : « l’unité nationale, la démocratie et la paix, le bien public et l’intérêt général sont des valeurs qui ont nourris toute sa carrière »

D’abord, beaucoup d’émotions. Parce qu’effectivement, c’est la dernière rencontre sur terre avec le Général et écouter à travers le discours de Pierre Osho, écouter à travers l’hommage de Mgr Viera, les témoignages sur qui il était, est effectivement émouvant. Et c’est important qu’effectivement au moment où, il disparaît sur terre, que nous nous rappelions des valeurs qu’il a cultivé. Et je veux rappeler rapidement ces valeurs qui sont très très importante pour nous et pour la jeunesse en particulier : l’unité nationale à cultiver, la démocratie et la paix, le bien public et l’intérêt général au dessus des intérêts partisans. Ce sont ces valeurs qui ont nourris toute sa carrière et qu’il a essayé de passer à toute une génération de collaborateur, d’enfant, de petits enfants et donc aujourd’hui au moment où il a prit, il faut s’en rappeler et surtout qu’il part à un moment crucial pour notre pays. Le message le plus important est de revenir au début de la carrière politique du président Kérékou en 1972 quand il ne demandait qu’une seule chose. Aux béninois, il demandait : « prenons en mains le destin de notre pays », le destin de notre pays est en nos mains, il n’est pas dans les mains de l’étranger et s’en suivront toutes les politiques que vous savez de cette période notamment de la période révolutionnaire. Il y avait de bonnes choses, le service patriotique, les campagnes de salubrités, l’assainissement des services financiers et donc oui nous le destin de notre pays en nos mains, le destin de notre continent. Travaillons pour cela.

Dorothée Gazard : « je voudrais retenir tout simplement son humilité, son sens du travail accompli, du travail bien fait »

La ministre Gazard veut lutter contre le Vih/sida

J’étais Ministre de la santé publique du général Mathieu Kérékou au cours de son dernier gouvernement. Je pense qu’aujourd’hui, nous avons vécu une cérémonie pleine d’émotion. Et ce stade a été érigé en église. Donc, nous sommes ici à l’église et je voudrais tout simplement demander à tout humain, tout homme politique, tout homme public d’avoir en esprit ce jour, ce dernier jour par à rapport à ce que l’on aurait souhaité, qu’on retienne de chacun de nous. Tout a été dit sur le Général. Je ne voudrais pas recommencer. Mais je voudrais retenir tout simplement son humilité, son sens du travail accompli, du travail bien fait et surtout le fait qu’il faisait confiance en ses collaborateurs et nous laissait travailler. Ça, c’est très important pour nous et pour moi, le général est un vrai leader. Un leader ne se décrète pas. On est leader. On peut cultiver le leadership mais le général Mathieu kérékou nous a laissé un pays apaisé et c’est que nous souhaitons, la paix, la paix et la paix dans notre pays.

arifariArifari Bako : «C’est l’homme qui a de plus marqué la vie politique de notre pays le Bénin »

 Le Général Mathieu Kérékou, c’est le grand patriarche de notre nation contemporaine le Bénin. C’est l’homme qui a de plus marqué la vie politique de notre pays le Bénin. C’est l’homme qui a incarné des valeurs incandescentes, des valeurs de patriote, des valeurs de défense de la souveraineté nationale, des valeurs de défense de la patrie, des valeurs de construction de l’Etat, des valeurs de construction de la paix. Et donc, l’exemple qu’il représente est multiforme et notre devoir est de tout mettre en œuvre, d’être continuateur, continuateur en homme baptiseur. Baptiseur d’Etat, baptiseur d’économie, baptiseur de paix car le plus difficile au-delà de toute considération, c’est de bâtir la paix, l’exemplarité, la tranquillité dans un état et c’est ce qu’il a essayé de faire tout le long de sa vie. Il est mort et nous sommes fiers de lui et nous espérons pouvoir être digne de lui demain.

Léonce ADJEVI