Spread the love
sehoueto
Selon le ministre Lazare Sèhouéto, la Nacibé respecte les normes environnementales

Le gouvernement représenté par le ministre de l’Industrie et du commerce Lazare Sèhouéto, a répondu à la question orale du député Antoine Idji Kolawolé, sur l’installation de la Nouvelle cimenterie du Bénin (Nocibé), à Massè, dans la Commune de Pobè.

L’implantation de la Nouvelle cimenterie du Bénin (Nocibé) à Massè serait un danger à la protection de l’environnement. C’est ce que pense le député Antoine Idji Kolawolé, principal auteur de la question. D’où ses questions posées au gouvernement : Quelles sont les clauses du contrat qui lie l’Etat à la Nocibé ? Quels sont les exonérations et régimes particuliers accordés à la Nocibé ? Interpellé, l’Exécutif a répondu en disant qu’une étude environne-mentale préalable a été effectuée avant l’installation de l’usine. A en croire le ministre de l’Industrie et commerce Lazare Sèhouéto, en matière d’émission atmosphérique, de rejet du dioxyde de soude et autres impacts environnementaux identifiés, l’entreprise ne serait pas en porte-à-faux avec les documents signés avec l’Etat. Mieux, la Nocibé est une entreprise de type E, un régime qui donnerait des avantages colossaux à certaines entreprises. Déduisant par ces déclarations que le gouvernement a donné carte blanche à la Nocibé, les parlementaires ont tenu à remuer le fonds du dossier. « Les réponses du gouvernement sont à l’antipode des réactions enregistrées sur le terrain. L’entreprise a gagné une pléiade d’exonérations », a affirmé Gildas Agonkan. Le député Antoine Idji Kolawolé est revenu à la charge et a dévoilé la carte des exonérations. Entre  autres, la Nocibé bénéficie dans sa con-vention d’exonération totale du bénéfice industriel, de l’exonération du bénéfice non commercial, exonération de l’impôt sur revenu, d’exonération de taxes sur l’enlèvement des ordures, d’exonération de revenu patronal sur salaires. « Scandale » ! ont crié ses pairs. « Que gagne l’Etat en termes de rentabilité économique », se sont-ils désolés. Le député Barthélémy Kassa, l’un des signataires de la convention, au moment où il était membre du gouvernement, a indiqué que c’est à juste titre que la Nocibé bénéficie de tous ces avantages, compte tenu de son régime. Mieux le code minier stipule que lorsqu’une richesse est découverte sur un sol, la population disparaît. En  outre, les Communes environnantes telles qu’Adja-Ouèrè, Pobè et Kétou, bénéficient de 40% de rétrocession du revenu issu de l’exploitation de cette richesse. « La Nocibé qui a permis la baisse du prix de la tonne de ciment au plan national et qui s’investit volontairement dans les œuvres communautaires telles la construction des modules de salles, et d’ouvertures de voies, ne saurait être nuisible aux populations », a conclu le député Barthélémy Kassa. Malgré tout cela, les populations de Pobè, Kétou et Adja-Ouèrè disent qu’elles ont été vendues à la Nocibé, qui exploite la mine, le calcaire et la latérite sur un domaine de 2000 ha. C’est alors que les parlementaires ont suggéré au gouvernement la renégociation du contrat avec l’entreprise, afin d’amoindrir ses avantages énormes.
 
Martin Aïhonnou
(Coll)