Spread the love
Gaston Dossouhoui
Gaston Dossouhoui autorisé à réaliser les études

L’installation des Centres de services agricoles est entrée dans sa phase active. Le Conseil des ministres, en sa séance du mercredi 14 février 2018, a autorisé le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche à contracter avec la compagnie Green 2000, la réalisation des études de faisabilité en vue de l’installation des Centres de services agricoles.
Le gouvernement a enclenché le processus d’installation des Centres de services agricoles. L’ultime acte a été posé au cours du Conseil des ministres du mercredi 14 février 2018. Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche a été instruit en vue d’autoriser la compagnie Green 2000 à réaliser les études de faisabilité pour l’installation des Centres de services agricoles. A travers l’idée d’installation des Centres de services agricoles, le gouvernement veut renforcer les petits exploitants agricoles. Le concept de Centre de services agricoles, basé sur la démonstration par l’exemple, permet d’améliorer la production et la rentabilité des petits exploitants, en mettant à leur disposition des services matériels (irrigation, mécanisation, intrants spécifiques, infrastructures et équipements). C’est aussi un mécanisme de transfert du savoir-faire et de technologies agricoles, et d’appui-conseils. Ces centres constitueront un support technique à la disposition des sept (07) agences territoriales de développement agricole (Atda). Fidèle à sa méthode d’une gestion intelligente, le gouvernement entend donc mener des études préalables pour évaluer le potentiel de chaque site identifié pour ces centres et disposer d’indications précises sur toute l’ingénierie et la faisabilité du projet. Vu que l’agriculture est perçue comme l’une des bases essentielles de l’économie nationale, le gouvernement déploie des efforts pour la professionnaliser et la rendre plus rentable pour les exploitants et pour l’économie. Les Centres de services agricoles permettront d’améliorer la production des exploitants ainsi que leurs revenus. La réalisation de ce projet connaitra sans nul doute un impact positif sur l’agriculture béninoise. Les Centres de services agricoles favoriseront une meilleure production. Ce qui impactera aussi évidemment la qualité de la consommation.

O. I. A.