Spread the love

00De retour au Bénin, l’artiste béninois, Guy Mapoko,a annoncé un concert original 100 % rock.Ce spectacle live a lieu ce vendredi 12 juillet 2019, à l’Institut Français de Cotonou. C’est à l’occasion d’une conférence de presse tenue à Cotonou le mercredi 10 juillet 2019 que l’artiste a annoncé ce concert.

L’artiste musicien rock, Guy Mapoko, offre une grande messe musicaleaux couleurs du Rock, version africaine au public de Cotonou et de ses environs ce vendredi 12 juillet 2019, à l’Institut français de Cotonou. Pour la circonstance, il sera accompagné des talentueux musiciens du groupe Ambo. Le menu de ce concert qui s’annonce tout feu tout flamme sera constitué du riche répertoire du nouvel album du promoteur du Rockafrica estampillé « Pardon ».Il fera également découvrir au public quelques best of de son large répertoire musical.« Le rock africa, c’est du rock mariné, torturé à la sauce africaine que vous allez découvrir ici-même le 12 juillet », a déclaré l’enfant prodige du Rock and blues. Le titre de l’album du rockeur béninois à la réputation américaine, est une version francisée de « Bada », le morceau des Koudakoll qui a accroché plus d’un à Cotonou. Guy Mapoko est un artiste à la carrière solo indéniablement prolifique. Ancien sociétaire du groupe «Les frères Koudakoll», l’artiste se métamorphose en un prophète de la musique blues and rock et va à la conquête du public américain qui, très tôt, l’adopte.En somme ce spectacle sera l’occasion pour l’artiste une séance de restitution du riche parcours de l’artiste à ses fans. «J’ai démarré ma musique au Bénin, où j’ai connu de nombreuses aventures toutes aussi formatrices les unes que les autres. C’est ce public qui a été le premier à m’adopter et m’a donné la force de me surpasser et d’approfondir mon art à Montréal. Je lui dois des comptes, et je crois enfin que le moment est venu pour que je fasse à mon public, la restitution de mes nombreux acquis musicaux après environ vingt ans de carrière. Ainsi donc, je m’engage à mettre le «feu», à l’Institut français de Cotonou », a promis l’artiste.

Epiphane Kèkè (Stag)