Spread the love
TOBOULA MODESTE
Le préfet Toboula soutenu dans ses réformes par les pousse-posseurs

La décision d’interdiction aux engins à deux roues de circuler dans l’enceinte du centre commercial n’a pas fait que des mécontents. Les pousse-pousseurs applaudissent la mesure et demandent à l’autorité d’aller loin.

Les pousses-pousseurs sont visiblement les plus avantagés dans la mise en œuvre de la mesure d’interdiction aux motos à deux roues de circuler dans l’enceinte du centre commercial, Dantokpa et Gbogbanou. Contrairement aux motocyclistes qui  crient au scandale et insinuent toujours que cette mesure ne favorise pas leur essor, les pousse-pousseurs, eux, se réjouissent.  A les en croire, cette mesure a provoqué un pic au niveau de leurs activités. Selon Duchesse, un pousse-pousseur rencontré dans les encablures de la pharmacie les 4 Thérapies, l’oisiveté notée entre-temps a laissé place désormais à une hyperactivité. «  Depuis qu’on a interdit aux conducteurs de taxi-moto et autres, d’entrer dans le marché, nous sommes vraiment sollicités actuellement pour le transport des bagages. Avant, c’étaient les conducteurs de taxi-moto qui faisaient ce job à notre place et nous restons là toute une journée  sans avoir le moindre kopek. Maintenant, ils nous ont attribué nos droits et je pense que si les choses peuvent toujours continuer ainsi, tout le monde serait heureux », a-t-il déclaré. C’est la preuve qu’en décidant de rendre fluide l’espace commercial, le préfet du Littoral, Modeste Toboula, a permis également aux pousse-pousseurs de pousser un ouf de soulagement. Pour un autre dénommé Cfa, le préfet du Littoral a l’obligation d’aller loin dans sa décision.  Il l’a exhorté à prendre une décision pour interdire aux conducteurs de véhicules 4 roues,  l’accès dans les marchés. Ceci leur permettra, ajoute-t-il,  d’être encore plus sollicités dans le transport des bagages. Cette mesure émanant du préfet du Littoral, Modeste Toboula, visait à régler le problème de fluidité à Dantokpa et donner plus de visibilité au centre commercial.

Jockvien Tchobo

(Stag)