Spread the love

BENOIT-DEGLALe porte parole de l’Alliance des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) Benoit Dègla approuve le décret d’interdiction d’activités pris à l’encontre des organisations estudiantines en conseil des ministres du 5 octobre dernier par le gouvernement de la rupture. Il l’a fait savoir ce jeudi matin aux collègues de la radio Océan fm.

Selon lui, c’est une décision salutaire au regard des actes posés par les étudiants par le passé sur le campus d’Abomey-Calavi. Benoît Dègla en veut pour preuve l’assassinat d’un policier lors d’une manifestation il y a quelques années à l’Uac : « Je constate simplement que l’université est devenue un champ de bataille, un champ de guerre. J’ai le triste souvenir de ce qui s’est passé il y a de cela quatre ans où des étudiants ont séquestré un policier qu’ils ont battus à mort, et filmé toutes les étapes de son exécution. »

A l’en croire, c’est suffisant déjà pour qu’à l’époque, toutes les activités soient suspendues même indéfiniment parce qu’il s’agissait d’une vie humaine. « Ils ont décapité une famille, ce n’est pas normal qu’on leur accorde un quelconque privilège de continuer de manifester. Nonobstant cela, l’université a continué dans ses dérapages ; il y a des zones qui sont interdites d’accès à l’université, des associations d’étudiants ne s’entendent pas. L’université, c’est pour étudier, c’est pour former des cadres de demain. L’université, ce n’est pas pour former des voyous, il faut la discipline. Il faut le respect des vertus. Moi je suis pour que notre université soit considérée comme un lieu de savoir » a-t-il martelé.

Sur la question de savoir ce qui justifie sa position pendant que son alliance s’insurge contre le décret, Benoît Dègla a affirmé que l’alliance Fcbe, est mouvement de partis politiques et de personnalités politiques et qu’au sein de l’alliance, il n’est pas dit  qu’il faut avoir le même son de cloche. « Il y a des dossiers majeurs sur lesquels nous sommes ensemble mais quand il y a des sujets qui ont besoin que chacun opine, on le fait selon sa conscience. Cela n’a rien à voir à l’appartenance ou non à la famille Fcbe » a-t-il déclaré. Il a pour finir précisé qu’il n’est pas en désaccord  avec la Fcbe : « La Fcbe a des instances auxquelles j’appartiens, mais nous ne sommes pas assis pour décider de ce qui a à dire. Par conséquent ce que je dis, n’engage que moi en tant qu’individu ».

Léonce ADJEVI