Spread the love
vehicules-occasion
Il y a d’espoir à convoyer les véhicules vers le Nigéria par voie terrestre

La décision d’interdiction d’importation de véhicules par voie terrestre prise par le gouvernement nigérian est une vaste conspiration contre le Bénin, dont certains de ses fils sont soupçonnés d’être à l’origine. Car, la décision tend à crucifier le pays à l’ère des grands bouleversements mondiaux qui occasionnent dans les pays la récession économique. Mais, le pot aux roses a été découvert et le parlement nigérian n’a pas donné carte blanche à Buhari pour exécuter ladite décision.
Le Général Mathieu Kérékou l’avait déjà dit. « Les cadres béninois sont des intellectuels tarés. Et quand nous parlons d’intellectuels tarés, il faut comprendre que ce sont eux qui amènent les bailleurs de fonds. Puis, ils complotent encore contre le pays pour faire rapatrier les fonds vers l’extérieur. » Cette déclaration anecdotique de l’ancien président de la République se confirme aujourd’hui avec des révélations provenant du Nigeria. Une conspiration contre le Bénin, se prépare sous l’instigation des apatrides. Ces derniers ont mis leurs relations en jeu pour pousser le gouvernement fédéral à prendre une décision d’interdiction d’importation de véhicules par voie terrestre à partir du Bénin. Il s’agit d’une décision suicidaire pour le pays qui vit déjà mal la dépréciation du Naïra, la monnaie du grand voisin de l’Est. Mais le parlement nigérian n’a pas autorisé la mise à exécution de « cette décision qui n’arrange ni le Bénin, ni le Nigeria ».
Des preuves
Une source proche de l’ambassade du Nigéria au Bénin a confirmé que des personnalités béninoises seraient des instigatrices de la manœuvre. Ces personnalités auraient incité le Président Buhari a opté pour cette mesure suicidaire pour l’économie et la stabilité du Nigéria. La même source fait savoir que des échanges nourris s’effectuent entredes autorités nigérianes et celles du Bénin. L’objectif de ces échanges, selon un député nigérian, A.K. est de mettre en difficulté le gouvernement actuel du Bénin qui s’emploie à trouver des solutions pour relancer son économie en dépit des plans de relance. Alors, l’exacerbation de la crise sociale, non seulement devra rendre impopulaire le régime du président Talon, mais elle devra susciter la colère du peuple béninois contre son président.
Camouflet pour  les instigateurs
Dieu continue d’aimer le Bénin. Au-delà des cris d’orfraie suscités chez les Béninois à la suite de la décision d’interdiction, celle-ci a aussi provoqué la colère et l’indignation des députés nigérians. Le député A.B Salami a fait savoir que la mise en œuvre de cette mesure restrictive, occasionnerait le développement du commerce de la contrebande avec pour corollaire des voitures illégalement acquises dans le pays. Ce qui constituerait une source d’insécurité au Nigeria et des pertes massives d’emplois des acteurs nigérians opérant dans le secteur. Pour le député Ibrahim Babangida, il était erroné pour le gouvernement de demander aux importateurs de véhicules d’utiliser la mer comme point d’entrée alors qu’il ne faut que trente minutes par voie terrestre pour le déplacer de Cotonou en République du Bénin à Lagos au Nigéria. Le député Zakari Mohammed (Kwara, Apc), pour sa part, estime que toutes les décisions du gouvernement Buhari devraient  avoir un visage humain. La Chambre des représentants présidée par le député YakubuDogara a adopté la motion intitulée « Nécessité de suspendre l’interdiction d’importer des véhicules par les pensionnaires ». Elle a été proposée par les députés rapportent les médias nigérians.

Abdourhamane Touré