Spread the love
Paul-hounkpè
Le ministre de la Culture, Paul Hounkpè

L’intervention du gouvernement, à travers son ministre de la Culture, Paul Hounkpè, à l’occasion de la ratification autorisée par le Parlement ce lundi 13 juillet et relative au Projet d’appui au développement agricole des Collines (Padac), vient de mettre à nu l’incapacité de ce dernier à parler dudit dossier. Ce qui d’ailleurs a suscité une attaque de la part de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago, qui a d’ailleurs appelé à la mise sur pied d’une mission d’information parlementaire pour le suivi de cette ratification.

Les députés ne comprennent pas le choix souvent fait pas le gouvernement s’agissant de la compétence de ses ministres. En effet, au cours de la séance plénière consacrée à la ratification du Projet d’appui au développement agricole des Collines (Padac), le ministre de la Culture, Paul Hounkpè, n’a pas su convaincre les députés. Ce baptême de feu n’a pas tenu la promesse des fleurs. Finalement, il a fallu l’intervention de son collègue des travaux publics, Gustave Sonon, pour sauver les meubles. Ce dernier, s’agissant des filières à rechercher, a clairement expliqué qu’une étude sera conduite en début du projet pour retenir, avec les acteurs, les filières porteuses qui seront appuyées par le projet. En définitive, il a salué les contributions apportées par les uns et les autres pour permettre l’autorisation de la ratification. Toutefois, cette ratification a suscité l’indignation de certains députés, notamment l’ancien président de l’Assemblée nationale, le professeur Mathurin Nago. Par rapport donc aux inquiétudes des députés, il est mis en exergue la recherche de l’identification de l’unité de gestion dudit projet et la recherche de l’identification des Organisations de la société civile (Osc) qui doivent s’impliquer dans la mise en œuvre du projet. Aussi, il est constaté l’absence des filières agricoles, de cohérence du projet avec les autres programmes déjà exécutés, la non-prise en compte du volet renforcement de capacités des acteurs, la recherche de la semence, la prise en charge des agents du Carder dans l’exécution de ce projet. Ces préoccupations, très importantes, ont attiré l’attention du président Mathurin Coffi Nago qui a expliqué l’urgence et la nécessité pour les commissions des Finances et du Plan de suivre la mise en exécution de ce projet via une mission d’enquête parlementaire.

T.G.R. (Br Ouémé-Plateau)