Spread the love

Gaston-DossouhouiLe Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche s’active pour élucider les causes de la mort massive de poissons dans le lac Toho le 21 mai 2018. En attendant les résultats des analyses pour déterminer le type de produit déversé sur la surface d’eau, le ministre de l’Agriculture était face à la presse le mardi 22 mai 2018. A cette occasion, Gaston Dossouhoui, assisté du Chef division suivi biologique et écologique de la direction de la production halieutique, a évoqué les dispositions prises pour limiter les risques d’intoxication.

Le lac Toho aurait été contaminé par des produits chimiques. Ce sont là les premiers résultats de l’enquête diligentée par le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche pour comprendre les causes de cette catastrophe. Les résultats des prélèvements effectués ne sont pas encore disponibles. Cyrille Aholoukpè, Chef division suivi biologique et écologique de la direction de la production halieutique du Maep en restituant les premiers constats faits sur le terrain a déclaré : « Sur une superficie d’environ 1000 m2 du lac, on constate une couche onctueuse qui laisse soupçonner que c’est un produit de synthèse qui a été déversé dans le lac ». A l’en croire, des analyses sont en cours pour déterminer le type de produit déversé dans le lac. « Mais, le phénomène n’a atteint qu’une partie du lac », a-t-il précisé. Dans son intervention, il a relevé que les poissons seraient morts entre jeudi 17 et samedi 19 mai 2018, puisque depuis dimanche dernier, la situation est revenue à la normale. Certainement que le produit a eu le temps de se diluer, a indiqué Cyrille Aholoukpè. Selon Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, les dispositions sont prises par son département pour élucider les causes de ce phénomène afin d’éviter à la population une intoxication due à la consommation des poissons pêchés dans le lac. « Nous avons saisi les Chefs de village de la zone pour que les femmes qui ont collecté, ces deux derniers jours des poissons, soient retrouvées afin de les leur arracher sous peine d’élargir le risque d’intoxication », a-t-il déclaré. Il faut souligner que l’accès et les activités de pêche sur le lac sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Les centres de santé de la localité ont été mis en alerte maximale afin que le moindre cas suspecté soit transféré dans les centres spéciaux.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)