Spread the love
Brice-sinsin
Le recteur doit ramener la balle à terre

Le recteur Brice Sinsin était, le dimanche 07 août 2016, l’invité de l’émission « Eclairage » de la Radio nationale. C’était l’occasion pour lui de se prononcer sur la crise à l’Université d’Abomey-Calavi et de donner des clarifications quant à l’invalidation de l’année universitaire à la Flash.

« Les raisons de l’invalidation de l’année à la Flash », tel était le thème de l’émission  « Eclairage » d’hier, dimanche, sur la Radio nationale. Pour répondre à cette préoccupation, le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi s’est référé à la genèse de la crise qui secoue ce haut lieu du savoir qu’il dirige. Selon lui, elle a démarré au cours de l’année 2014-2015 où les activités académiques ont été boycottées pendant des mois. Finalement, sous l’égide de l’ex-Chef de l’Etat, Yayi Boni, et de son ministre de l’enseignement supérieur, François Abiola, un terrain d’entente a été trouvé pour sauver l’année. Il a fallu au corps enseignant de rallonger l’année jusqu’en mars 2016. Pour le compte de l’année 2015-2016, force a été de constater que les étudiants de la Flash ont conditionné leur participation aux examens de fin d’année à une session de rattrapage. Ceci, contrairement aux prescriptions du système Lmd qui parle plutôt de rachat des étudiants défaillants. Pour le recteur Sinsin, le système Lmd ne pose aucun problème, puisqu’ayant été expérimenté à l’Université de Parakou avant que la décision ne soit prise pour l’Uac. « Ce n’est pas une question de Lmd. C’est une affaire de bien former ces cadres de demain », a-t-il précisé. Mieux, des discussions ont été menées avec les responsables d’étudiants par rapport aux réformes. « Plusieurs réunions de sensibilisation ont été initiés par les professeurs », a déclaré l’autorité. Fustigeant le comportement des étudiants qui ont bloqué la tenue des examens du premier semestre, il a fait savoir qu’on ne vient pas à l’Université pour faire la politique de l’échec, mais plutôt pour réussir. Quant à la question de savoir celui qui a décrété l’invalidation de l’année à la Flash, il a fait savoir que cela a été une décision du Conseil pédagogique qui, face à l’imminence de l’année 2016-2017, ne pouvait malheureusement la rallonger. Pour finir, le recteur a fait savoir que les perturbations de l’année académique discréditent les diplômes attribués par l’Uac.
Joël Samson Bossou