Spread the love
 
FRANCOIS-ABIOLA
François Abiola a justifié la défaite du candidat de Yayi à la présidentielle

Vice-premier ministre sous Yayi Boni, le président du Mouvement espoir Bénin (Mesb), François Abiola, n’a pas encore digéré la gouvernance sous l’ère de l’ancien régime. Invité dimanche 18 décembre sur l’émission « Zone franche » de Canal 3 Bénin, il a exprimé sa déception des errements sous Yayi Boni et s’est prononcé sur la gestion du pays par le gouvernement du Nouveau départ.

La désignation de Lionel Zinsou pour défendre les couleurs des Fcbe à la présidentielle de 2016 est l’un des plus mauvais choix de l’ancien président Yayi Boni. C’est ce qu’il faut retenir des déclarations de l’ancien ministre d’Etat François Abiola sur la question. Sur le plateau de Zone franche hier, il a clairement signifié son désaccord pour le candidat imposé par le leader des Fcbe, Yayi Boni. Lionel Zinsou ne connait pas la maison, il ne peut pas défendre le bilan de la gouvernance sous Yayi Boni. Il n’a pas l’expérience nationale nécessaire pour affronter le défi. Toutes choses qui ne sauraient, selon l’invité, garantir le succès des Fcbe à la présidentielle. Le choix de Lionel Zinsou se voit, à l’entendre, comme une mésestime des autres militants qui ont tout donné pour l’alliance. Nonobstant ce choix non partagé, l’ancien ministre est resté dans la barque de la gouvernance Yayi jusqu’à accostage. Une attitude qu’il explique comme un devoir de responsabilité et de soumission à la voix de l’alliance. Selon  lui, il ne serait pas bienséant de jeter du sable dans la farine que l’on a contribué à produire. C’est pourquoi il a continué à servir. Aujourd’hui libre de toute contrainte, le professeur François Abiola ne cache pas sa désolation. Déjà au Conseil national des Fcbe, il l’a exprimée. En outre, l’orientation politique du Mesb, dont il est le président, en dit long sur son divorce d’avec les Fcbe. Sur la question, il a d’ailleurs réaffirmé le choix du Mesb de rester au centre, de soutenir les bonnes initiatives et de rejeter les mauvaises. Il n’épouse plus les idéaux des Fcbe. Outre ces sujets, l’invité a opiné sur la question des libertés, la gouvernance sous Patrice Talon, le budget voté, les agissements du préfet Toboula, la liquidation de plusieurs sociétés d’Etat par le régime en place… A l’en croire, le budget gestion 2017 présente de grandes innovations et mérite d’être voté. Il a encouragé les nombreuses réformes entreprises par le gouvernement en place. Il s’oppose toutefois au mandat unique proposé par le président Patrice Talon. Aussi, a-t-il apprécié les opérations de déguerpissement dont la finalité est d’embellir les villes. Néanmoins, l’invité ne partage pas les manières de faire du préfet du Littoral Modeste Toboula et l’invite à faire preuve de modération en se conformant à la loi.
APA