Spread the love

jacques migan« Nous ne sommes pas surpris. Les partis dont les candidatures ont été rejetées n’ont pas travaillé leurs dossiers comme il se doit. Ils n’ont pas lu les textes. Ceux qui ont travaillé ces dossiers et déposé à la Céna ne l’ont pas fait dans les normes. Quand vous lisez les raisons qui ont amené la Céna à ne pas étudier les deux dossiers (Usl et Udbn) se situent à deux niveaux. On leur reproche l’absence de récépissé de déclaration  administrative de candidature et du certificat de conformité qui est exigé par la décision El 19-001 du 1er février 2019. Ils le savaient et ne l’ont pas fait. Donc, ils ont choisi délibérément de ne pas le faire. Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Quant aux autres, (le Prd, les Forces cauris pour un développent durable du Bénin (Fcbd) et le Moele-Bénin), leurs dossiers sont rejetés simplement pour non-conformité à la Charte de partis politiques et au Code électoral. Les principes qui ont amené la Céna a décidé ainsi, sont des principes fondés sur trois choses. La Céna a validé deux dossiers par souci de conservation de sa crédibilité. Donc, ce n’est pas une institution qui a travaillé de manière partiale ou impartiale. Elle est restée dans les normes. La deuxième raison, est le respect scrupuleux des textes notamment la Charte des partis et le Code électoral. Enfin, le troisième principe, c’est l’obligation d’impartialité. Les membres de la Céna ont fait preuve de neutralité et de responsabilité, ce qui est inhérente à leur fonction. Etant membre du Bloc républicain, je puis affirmer que le traitement des dossiers, a été fait avec beaucoup de rigueur. Les deux partis qui ont vu leurs dossiers validés par la Céna sont restés coller aux textes ».