Spread the love

EliasLe Président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias, réfute les informations distillées sur les réseaux sociaux et qui font croire que la justice a blanchi les mis en cause dans l’affaire surfacturation au ministère du cadre vie. Selon lui, A ce jour,  aucun juge n’ayant statué sur ce dossier, et donc il ne peut y avoir une décision de non lieu. Il l’a fait savoir par communiqué de presse. Pour éclairer la population, il organise une conférence de presse le vendredi 01 juin 2018 à 16 h au siège de l’Anlc. Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué de presse.

MISE AU POINT DE L’AUTORITÉ NATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION.

Depuis le vendredi 25 mai 2018 circule sur les réseaux sociaux un élément signé de EBEN.

L’élément a pour titre :

AFFAIRE DE SURFACTURATION AU MINISTÈRE DU CADRE DE VIE : LA JUSTICE BLANCHIT LES MIS EN CAUSE

Puis la Presse écrite et audio visuelle en ont largement fait écho le lundi 28 mai 2018.

1) A ce jour 29 mai 2018, aucun juge n’a connu ni traité ce dossier. Il est demandé à tous ceux qui en parle de sortir la décision du juge qui a connu et jugé cette affaire.

2) Aucun juge n’ayant statué sur ce dossier, Il ne peut y avoir une décision de NON LIEU

3) Aucune cour d’appel n’a connu ce dossier à la date du 29 mai 2018. Que ceux qui en parlent apportent la copie de la décision de la cour d’appel

4) L’Autorité Nationale de lutte contre la corruption donnera le vendredi 01 juin 2018 à 16 h à la salle de conférence de l’autorité nationale de lutte contre la corruption, une conférence de presse sur cette affaire pour éclairer la population.

Aucun membre de l’Anlc n’a menti et personne à l’Anlc ne s’est trompé dans le traitement de ce dossier. Nous avons voulu sauver plus de 300.000.000.de francs Cfa pour l’Etat. L’Anlc se réjouit d’avoir fait son travail et est sur le point d’atteindre cet objectif. Et c’est l’essentiel.

Cotonou le 29 mai 2018.

Le Président de l’Anlc

Jean Baptiste Elias.