Spread the love

AKOTEGNONSi pour Raphaël Akotègnon, (député Prd), Barthélémy Kassa aurait pu demander de son propre chef, la levée de son immunité parlementaire pour prouver sa non-culpabilité, le Président du Fonac, Jean-Baptiste Elias est triste de ce vote de rejet de la levée au parlement, et Jean-Michel Abibomla (député Fcbe) pense quant à lui que le vote a été politique. Les réactions de Raphaël Akotègnon et de Jean-Baptiste Elias ont été recueillies par Océan FM ce vendredi 21 Août 2015. (Lire ci-dessous les détails de leurs déclarations)

Raphaël Akotègnon : « Nous sommes actuellement au stade des enquêtes préliminaires, oùu des citoyens béninois ont été écoutés et certains ont été écroués et suspendus au niveau de l’administration. Et dans les correspondances qui nous sont parvenues, le Procureur Général près la Cour d’appel a dit qu’au stade actuel, enquête préliminaire, la justice est bloquée et ce dossier requiert fortement l’audition de notre collègue pour la manifestation de la vérité. Notre collègue de lui-même n’a pas fait une demande de levée d’immunité, ce qu’il aurait pu faire si tant est qu’il dit qu’il n’est coupable. Et nous pensons qu’il n’est pas coupable. Il aurait pu demander cela et aller de manière élégante se fait auditionner. Mais il ne l’a pas fait. C’est le gouvernement auquel il a appartenu, le régime dit du changement ou de la refondation qui est son régime ou un régime auquel il appartient qui demande la levée de son immunité parlementaire ».

Jean-Baptiste Elias : « Le mensonge de ces honorables députés qui ne crient que tous les jours qu’ils sont pour lutter contre la corruption et qui à visage découvert ont voté elias2hier contre la levée de l’immunité parlementaire du député en question. Je suis triste parce que d’abord, le vote proposait de faire lever l’immunité parlementaire du député. Il n’est même pas encore assigné en justice ; et là j’ai vu comment les honorables députés ont procédé au vote et je suis triste. Deuxième élément, c’est que la lutte contre la corruption a du plomb dans l’aile au Bénin pour ce qui concerne la période dans laquelle nous nous trouvons. Troisième élément, c’est que nous sommes confiants qu’un jour viendra avec la loi 2015-20 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes qui prescrit que le délai de prescription pour les montants inférieurs à 10 000 000 est de 20 ans, que les délais de prescription pour les montants supérieur à 10.000.000 est illimité, un jour viendra où des responsables arriveront à la tête de ce pays et feront réellement la lutte contre la corruption, et tous ceux qui sont concernés aujourd’hui, seront rattrapés »

Les organisations de lutte contre la corruption continueront leur combat selon Jean-Baptiste Elias

« Hélas ! Nous sommes dans un pays de séparation des pouvoirs. Nous, de la société civile qui luttons contre la corruption, nous allons continuer de sensibiliser les populations, de dénoncer les cas et de retrouver les preuves nécessaires pour envoyer éventuellement ces dossiers au niveau de la justice. la justice fera son œuvre. Ceux qui sont protégés par l’immunité parlementaire aujourd’hui seront toujours dans leur rôle et au moment opportun, on verra bien comment les choses vont se passer ».

ABIMBOLA-JJean-Michel Abimbola : « La majorité parlementaire a voté plutôt pour la levée. Et la minorité parlementaire a voté plutôt contre. Ça veut dire que nous sommes venus faire de la politique. Chacun est resté sur des positions politiques. Et c’est pour cela Mr le Président, que j’ai voulu affirmer pour ma part cette volonté politique, cet attachement politique, pour ne pas affaiblir le système et pour ne pas favoriser effectivement ceux qui à juste titre veulent déboulonner le système pour pouvoir mettre évidemment mettre en place un nouveau système. Ce vote est politique, purement politique. Je ne suis ni juriste, ni technicien des différentes ….abordées en la matière, mais je voudrais affirmer ici qu’il n’est pas possible dans ce contexte de mener le débat tel qu’il est mené avec les communications excessives qui ont été menées pour vilipender un collègue, pour vilipender notre pays. Donc, je voudrais ici par mon groupe affirmer la souveraineté de notre pays et affirmer mon appartenance à un camp politique