Spread the love
abimbola
Jean-Michel Abimbola a démenti la suppression de la Céna

Le 1er coordonateur et porte-parole du Bloc de la majorité présidentielle (Bmp), Jean-Michel Abimbola, était l’invité de l’émission « Zone franche » du dimanche  04 mars 2018. Pendant 90 minutes, l’élu de la 22ème circonscription électorale a donné son avis sur certains sujets brûlants de l’actualité socio-politique dont la supposée suppression de la Céna.

La suppression de la Commission électorale nationale autonome (Céna), n’est pasd’actualité. C’est du moins ce qu’il faut retenir des propos tenus par le député du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp), Jean-Michel Abimbola invité sur l’émission Zone franche. « C’est de l’intoxication ! On ne va pas supprimer la Céna», a-t-il déclaré avant d’ajouter que ses pairs et lui sont là pour renforcer les prérogatives de l’institution et lui donner plus de ressources. Revenant sur les raisons qui ont suscité la Rentréepolitique du regroupement le 27 février 2018, le porte-parole du Bmp a indiqué qu’il s’agissait entre autres, d’expliquer aux Béninois les réformes du gouvernement et de débattre de l’actualité socio-politique du Bénin. Concernant les procédures de levée d’immunité parlementaire et de poursuite judiciaire de certains députés et anciens ministres, Jean-Michel Abimbola a souligné qu’elles n’ont pas été engagées par le ministre de la justice, mais le Procureur de la République. Par ailleurs, il s’est réjoui de ces mesures qui ont été prises car, a-t-il dit, elles permettront de lutter contre l’impunité et de nettoyer l’écurie d’Augias. « Elles permettront aussi aux présumés accusés de se défendre et de prouver leur innocence », a-t-il laissé entendre. A l’en croire, s’il devrait se prononcer une nouvelle fois sur la levée d’immunité du député Barthélémy Kassa, il voterait pour. « Ceci lui permettra de laver son  honneur », s’est-il justifié. Sur le sujet de la non-installation jusqu’à ce jour des membres du Cos-Lépi, le 1er coordinateur du Bmp a, de long en large, expliqué les raisons du non-respect des injonctions de la Cour constitutionnelle. « Le budget a été voté le jour de l’installation des membres du Cos-Lépi », a-t-il martelé. Egalement, il a indiqué qu’il va très bientôt, initier une proposition de loi afin que le Code électoral soit retouché car, a t-il déploré, l’actualisation de la Lépi fait débourser des dizaines de milliards à l’Etat béninois. C’est sans langue de bois que  Jean-Michel Abimbola a dévoilé les innovations de la nouvelle proposition de loi portant Charte des partis politiques au Bénin dont le regroupement des partis politiques en grands partis et le mécanisme de financement public. Il a pour finir, réitéré l’engagement du Bmp à soutenir le Chef de l’Etat, Patrice Talon dans toutes les réformes qu’il engage.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)