Spread the love
Léontine-Idohou-Konou
Léontine Idohou Konou

A l’occasion de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme, Léontine Idohou Konou a fait le constat que : «la prise en compte du genre pose encore problème à tous les niveaux, même au niveau de l’Exécutif, on nomme des gens et on constate qu’on a régressé de 30% jusqu’à 20% aujourd’hui ».

L’émergence des femmes au plan politique peine à prendre au Bénin. Malgré les combats des Organisations Non Gouvernementales avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers, pour que davantage de femmes accèdent à des postes politiques, le constat est amer selon la Présidente du Réseau pour l’Intégration des Femmes, des ONG et Associations Africaines (RIFONGA), Léontine IDOHOU KONOU. Il suffit selon elle d’observer les listes des alliances de parti-politiques aux législatives pour se rendre compte du drame. Les femmes sont éparpillées et occupent des positions de 3e et de 4e sur les listes électorales des prochaines législatives. Il ne serait pas exagéré de dire qu’elles se retrouvent à des positions où on est presque sûr qu’elles ne vont pas tirer leur épingle du jeu. L’application des conventions ratifiées et des textes votés en faveur de la femme se heurte encore des résistances. Cependant, selon la Présidente du RIFONGA, il est également des femmes qui préfèrent laisser leurs suppléants hommes aller à l’assemblée nationale et il en existe d’autres cas où les époux obligent leurs femmes à voter pour leur candidat. D’où la nécessité d’œuvrer à l’autonomisation des femmes pour les rendre capables de prendre des décisions. Et c’est en cela que le thème de la Journée Internationale de la Femme trouve tout son sens.

Inès ZOUNNON